Citation du 5 juin 2020

J’ai mis du temps à accepter
qu’il n’y avait rien à chercher,
qu’il suffisait d’ouvrir les yeux
et de se rendre doucement heureux…

J’ai mis du temps à ne rien attendre
à arrêter de me défendre
contre mes erreurs et mes faux pas,
puisque le parfait n’existe pas…

J’ai mis du temps à ne pas demander
ce qu’il me fallait aller chercher,
à trop attendre j’en oubliais
qu’en moi se trouvaient les secrets…

J’ai tellement attendu de mains
que j’attachais à mon destin
les regards que je croyais aimer,
que je ne cherchais que pour me sauver…

Sans doute la peur de la solitude
faisait que je fuyais mon étude,
et par les autres j’ai appris
qu’on ne tient en main que sa vie…

Alors, j’ai délaissé les chaînes
et la poupée de porcelaine,
pour me maquiller de couleurs
sans artifice pour le cœur…

Et lentement la vie m’a appris
qu’il n’y a rien qui soit acquis,
mais que c’est dans le plaisir de marcher
que s’installe… la sérénité !

~Alexandra Julien

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Citation du jour, Poésie humaniste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s