Citation du 3 décembre 2020

Vivre, c’est se réveiller la nuit dans l’impatience du jour à venir, c’est s’émerveiller de ce que le miracle quotidien se reproduise pour nous une fois encore, c’est avoir des insomnies de joie.

P.E Victor

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation 1 décembre 2020

Je ne sais pas où je vais mais je marche mieux quand ma main serre la tienne…

Alfred de Musset

Publié dans Citation du mois | Laisser un commentaire

Citation du 30 novembre 2020

Le temps est le même pour chacun mes amis, d’ici ou de l’autre rive, n’existe que « L’INS-TEMPS » et il est à la fois en mouvance, qu’immuable…La preuve en est que si la terre venait à exploser…Nous partirions tous en même temps mais pas nécessairement à la même heure 😉

Elena Martinez

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 29 novembre 2020

« Il n’existe que deux façons de vivre votre vie. L’une comme si rien n’était un miracle. L’autre comme si tout était un miracle. »

Albert Einstein

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 28 novembre 2020

L’empathie c’est, à la vitesse de l’éclair, sentir ce que l’autre sent et savoir qu’on ne se trompe pas, comme si le cœur bondissait de la poitrine pour se loger dans la poitrine de l’autre.

Christian Bobin

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 27 novembre 2020

Réussir ce n’est pas toujours ce qu’on croit. Ce n’est pas devenir célèbre, ni riche ou encore puissant. Réussir c’est sortir de son lit le matin et être heureux de ce qu’on va faire durant la journée, si heureux qu’on a l’impression de s’envoler. C’est travailler avec des gens qu’on aime. Réussir, c’est être en contact avec le monde et communiquer sa passion. C’est trouver une façon de rassembler des gens qui n’ont peut-être rien d’autre en commun qu’un rêve. C’est se coucher le soir en se disant qu’on a fait du mieux qu’on a pu. Réussir c’est connaître la joie, la liberté et l’amitié. Je dirais que réussir, c’est aimer.

Fame

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 26 novembre 2020

Le Dieu que je vénère ne déclenche ni pensées ni actions négatives. Il éclaire, il apaise, il produit de l’amour. Loin d’augmenter les fissures ou d’amplifier les divisions, il nous fait pénétrer dans l’unité et l’harmonie du Tout. Il nous remplit de reconnaissance, pas de jalousie. Il comble nos frustrations ou nous signale leur ridicule. Il nous agrandit au lieu de nous rapetisser, tout en nous ramenant à une humilité modeste. Ce Dieu là n’exige pas qu’on tue mais qu’on aime et qu’on perpétue la vie.

( L’homme qui voyait à travers les visages – Éric-Emmanuel Schmitt)

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 25 novembre 2020

”Il y a des oreilles qui entendent et des oreilles qui écoutent…des yeux qui voient et des yeux qui méditent…des esprits qui désirent et des esprits qui admirent.”

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 23 novembre 2020

Image | Publié le par | 2 commentaires

Entretien avec la poétesse Elena Luz Martinez

Elena Martinez

Entretien de avec la poétesse hispano-canadienne Elena Martinez.

Qui est Elena Luz Martinez?

Elena Luz Martinez est une poétesse canadienne d’origine espagnole. Elle vit au Canada depuis l’âge de six ans. Elle a fait ses études à l’université de Laval au Québec. Elle exerce la fonction de conseillère psycho-sociale au centre des femmes de Montréal .Quelques-uns de ses poèmes ont été écrits en duo avec le poète marocain Mohamed El Qoch. Et ce choix de l’écriture en commun avec un poète donné ne s’explique que par l’existence de points communs dans la conception de la nature et des fonctions de l’art poétique .Et les principaux traits d’union sont apparemment au nombre de deux: le premier est le romantisme combatif au sens où l’entendaient les poètes romantiques arabes et à leur tête Gibrane Khalil Gibrane et Aboulkacem Chebbi .Et cela se manifeste dans les tableaux désolants qu’elle brosse de l’atroce situation dans laquelle se débat l’humanité et son choix de se tenir aux côtés des damnés de la terre mais ,fragilisée sans doute par sa sensibilité romantique extrêmement vive , elle ne tarde pas, comme Gibrane et Chebbi, à se cloitrer dans une sorte de solitude contemplative .Le second point commun est la projection dans le futur, par le biais du rêve, d’un monde paradisiaque où les maux dont se plaint le poète céderont leur place au bonheur et à l’extase .Stylistiquement, son écriture se caractérise par l’usage massif du procédé de l’accumulation , au moyen duquel elle fait déferler des cascades d’images à un rythme très rapide , créant une impression de prodigalité et de profusion

.Question 1 : Vous êtes canadienne d’origine espagnole et vous écrivez en langue française. Avez-vous gardé une relation quelconque avec votre pays et votre culture d’origine ?

Elena Martinez :Tout d’abord professeur Salah Ben Amor, je tiens vous remercier très sincèrement pour la pertinence et le sérieux de vos questions qui témoignent de votre respect et de votre intérêt pour la poésie et pour les auteurs qui vous la confie. Et ce, en faisant abstraction du genre, de la provenance, de la culture, de l’âge, de la croyance religieuse ainsi que du statut social, pour ne faire la lumière que sur ce lien commun qui nous rassemble tous ici, soit notre amour de la poésie. Pour répondre adéquatement à cette première question, à l’instar d’Amin Maalouf dans son essai « Les identités meurtrières », je dirai que je ne crois pas être issue d’une identité unique, mais bien d’identités multiples. Il est vrai que je suis d’origine espagnole par le sang, par mes racines, sans oublier mon tempérament latin. Cependant, je me sens également française pour avoir fait entre autres choses l’apprentissage du français en France. Le français, cette langue à la fois complexe que nuancée qui a insufflée n moi la passion des mots, de la poésie, de l’écriture. Cependant, je suis également québécoise et nordique par le cœur et par la raison, car le Québec demeure ma terre d’accueil. Pourtant, il reste que j’ai une affection particulière pour ma langue maternelle, l’espagnol puisqu’elle me ramène au meilleur des heures, celles du berceau et des bras remplis de tendresse de ma grand-mère, Esperanza (Espoir). J’ai d’ailleurs dans mes tiroirs, une multitude de poèmes écrits en espagnol. En vérité, je suis avant tout une citoyenne du monde, une réalité de plus en plus répandue dans cette ère de la mondialisation.

Question 2 :Vous avez publié vos deux recueils de poésie en France. Peut-on en conclure que l’ambiance culturelle au Canada n’est pas ou peu propice à l’éclosion et l’encouragement des talents dans le domaine poétique ?

Elena Martinez : En effet, comme le soulignait si justement le poète Mohammed El Qoch, les maisons d’éditions canadiennes soutiennent davantage la prose à la poésie. Mais il faut comprendre également que la culture et l’art comme dans bien des pays en cette ère technologique et économique n’est pas le cheval de bataille du gouvernement en place, pas davantage que celui de ses prédécesseurs. Toutefois, il faut admettre que depuis quelques années la poésie a gagné auprès de la population un nouvel engouement et devient tristement une« tendance ». Oui, tristement car est-ce dire que cet intérêt pour la poésie n’est que passager ? Et pourtant, le Québec a connu et connais encore de grands poètes et de grandes poétesses qui sont devenus auteurs, et interprètes transposant les vers en strophes de chansons. Il semble facile d’oublier que toutes les chansons sont avant tout des poèmes et qu’il en est ainsi, depuis la nuit des temps.

Question 3 :Un bon nombre de vos poèmes vous placent dans ce qu’on peut appeler« le romantisme combatif » dont la caractéristique première est de se tenir aux côtés des damnés de la terre. Croyez-vous que la poésie est capable de délivrer l’humanité de ses maux et de ses souffrances ?

Elena Martinez : Excellente question. Pour être honnête, j’ai toujours eu un regard poétique sur la vie, il est exact d’exprimer que j’ai une âme romantique voire utopique…c’est-à-dire, en ce qui me concerne, que j’ai une prédisposition naturelle à percevoir et ressentir l’âme des êtres et de la vie dans ses profondeurs. De plus, j’ai un amour sans borne pour mon prochain qui va de pair avec ma douleur devant les injustices inhérentes à notre humanité. Pour moi l’écriture est une respiration essentielle qui permet l’émergence de mes questionnements, de mes incompréhensions, mais également de la beauté qui trouve toujours une brèche dans le plus noir des noirs pour éclairer notre monde et le montrer sous un angle différent. Je crois que la poésie sans avoir le pouvoir de délivrer l’humanité de ses maux et de ses souffrances nous tend les clés d’une dimension souvent négligée et pourtant essentielle à notre évolution, celle du ressenti, celle de l’esprit, celle de l’âme tout autant que celle de notre imaginaire créatif. Ici, je vais partager les propos de l’animatrice, Madame Pascale Seys qui dans le cadre d’une émission sur la station Musiq’3 RTDF fait état d’une recherche récente du quotidien britannique, Le Guardian, portant sur l’importance de la poésie et se questionnant sur la manière dont les poètes pouvaient illuminés les moments les plus sombres de notre vie. La réponse confine à l’évidence dit-elle :« Dans un monde épris d’ivresse technologique jusqu’au déséquilibre. Dans un monde où tout s’évalue, s’achète et se vend. La poésie a des vertus psychologiquement stabilisantes. La poésie apaise, elle nous soutient et elle nous enracine, mais pourquoi? Parce que la poésie c’est une voix, c’est la voix d’un autre en nous qui lorsque nous la lisons ou méditons un vers ou une ligne de prose en sortant de l’impératif de la rentabilité ou de ce qui doit être utile à quelque chose. Cette voix venue d’ailleurs devient en nous-mêmes intériorisée en répondant utile et fidèle, car la poésie que nous faisons l’effort d’apprendre demeure en nous pour toujours. Elle nous nourrit dans les couches profondes en même temps qu’elle nous décentre. La poésie est en ce sens, le mode d’emploi du monde. ».

Question 4 : Une autre caractéristique non moins marquante de votre poésie : c’est la grande dimension humaine qui s’en dégage. Ya –t-il une relation entre cette dimension et votre fonction entant que conseillère psychosociale au centre des femmes de Montréal ?

Elena Martinez : Sans aucun doute, je suis ce que j’écris et j’écris ce que je suis, entre les deux pas de décalage notable. Ma poésie ne pourrait être autre qu’humaniste en raison de ma fonction de conseillère et de la dimension psychosociale propre à mon parcours tant personnel que professionnel.

Question 5 :Venons maintenant à l’expérience de l’écriture en duo avec le poète marocain Mohammed El Qoch. Savez-vous que ce genre d’écriture ne peut réussir que s’il y a des points communs entre les deux poètes qui écrivent les mêmes textes ? Qu’en pensez-vous ?

Elena Martinez :Vous avez parfaitement raison, je suis convaincue que Mohammed et moi avons des âmes apparentées pour qu’il soit si facile à nos quatre mains de s’unir dans des envols poétiques virtuels (mais si réels) aussi respectueux qu’harmonieux où même les proches nous connaissant l’un ou l’autre ne peuvent deviner qui a écrit tel vers ou tel autre. Comme l’a si joliment exprimé l’écrivain Paul Éluard : Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. Je suis convaincue, que ce précieux cadeau du destin est arrivé à point nommé pour les deux. Pour ma part, je lisais et admirais déjà la poésie de Mohammed. Étant de nature réservée, j’ai été tout d’abord déstabilisée par sa demande, ne croyant pas être à la hauteur de son indéniable talent, il m’a permis par sa patience, gentillesse et respect à me faire confiance, à risquer la beauté de nos quatre mains en toute humilité. D’ailleurs, plusieurs de ces poésies en duo sont encore inédites, car nous avions le projet dans faire un recueil, elles dorment chacune dans leur couffin virtuel.

Question 6 : Avez-vous lu les poèmes que Mohammed El Qoch avait écrits avec la poète française Maryjoe Cassandre Danton et la poète uruguayenne Janice Montouliu.Si oui y avez-vous trouvé des différences avec les poèmes qu’il a écrits avec vous ?

Elena Martinez : Oui, et toujours avec un grand plaisir. Ce sont deux poétesses adorables et très talentueuses. Des différences, il y en a toujours et c’est bien là que réside la beauté de la poésie d’être multidimensionnelle. Nos mains et nos esprits sont libres de s’unir dans l’écriture avec d’autres mains ou d’écrire en solo. Ceci dit, c’est toujours un grand privilège et une expérience unique pour moi de joindre les miennes à celles du poète et artiste-peintre qu’est à mes yeux Mohammed.

Question 7 : Vous venez d’entreprendre une nouvelle expérience en écrivant des contes pour enfants .Est-ce une expérience passagère ou bien comptez-vous la continuer ?

Elena Martinez : J’adore le monde de l’enfance et selon moi, les enfants sont des poètes nées et c’est pourquoi, c’est avec un grand privilège et immense plaisir que je vais continuer d’écrire pour eux des contes ou comptines poétiques en collaboration avec la merveilleuse et très douée illustratrice, Daniela Zekina.

Question 8 : Vous avez lu notre anthologie Analectes de poésie mondiale dans laquelle vous aviez été retenue .Que pensez de la poésie arabe qui y a été traduite en langue française ?

Elena Martinez :Je pense que la poésie doit se faire accessible pour tout un chacun. C’est pourquoi je suis vraiment heureuse de pouvoir lire et apprécier à sa juste mesure la beauté intemporelle de la poésie arabe.

Question 9 :Êtes-vous satisfaite du service que le facebook vous apporte en tant que poète ?

Elena Martinez :Le réseau social Facebook a ses forces et ses points à améliorer. Ceci dit, je suis satisfaite puisqu’il m’a permis de rencontrer des personnes exceptionnelles.

Question10 :Quels sont vos projets proches et lointains ?

Elena Martinez :J’ai toujours plus d’un projet sur ma planche de travail : des contes ou comptines poétiques originaux pour enfants de tous âges. Un écrit de développement personnel pour adultes (outil de connaissance de soi). Un projet de recueil de poésies avec des éditeurs québécois. Et surtout, poursuivre ma contribution humanitaire en accompagnant à mon humble mesure mes prochains dans le développement de leur plein potentiel.

Mohamed Salah Ben Amor pour la revue CULMINANCE et les Éditions ICHRAQ

Publié dans Lectures et liens | Laisser un commentaire

Citation du 22 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 20 novembre 2020

« L’amour est porteur d’une énergie extraordinaire, il peut dynamiser ou dynamiter n’importe quel projet de vie. »

Jacques Salomé

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 19 novembre 2020

Une petite pensée positive le matin peut changer ta journée entière !

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 18 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 17 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 16 novembre 2020

Ne retournez jamais vers quelqu’un qui vous a brisé. Ne laissez pas un moment de faiblesse, où vous vous sentez seul, tout gâcher, n’essayez pas de reprendre contact avec lui, de boire pour calmer votre peine, ou d’envoyer un message avec lequel vous allez vous détester le lendemain matin. Arrêtez de croire que vous ne méritez pas mieux que cette personne !Ne retournez jamais vers elle, car vous vous sentez seul, triste, ou le cœur brisé, la personne qui vous a brisé le cœur en mille morceaux, ne sera pas capable de le réparer, si vous y retournez, vous allez penser que ce sera différent, vous penserez que cette personne a changé, que les choses ont changé, que vous avez vieilli et pris en maturité, mais les choses comme cela ne changent pas. Il y a encore de grandes chances pour que cette personne vous blesse à nouveau, il est carrément possible de se faire détruire le cœur à plusieurs reprises, par la même personne. Vous voudriez que ça soit différent, vous voulez tellement y croire, mais sérieusement cette personne a-elle vraiment changé ?Au début vous allez croire que vous avez fait le bon et le meilleur choix, vous allez croire que les choses seront différentes, car elle se soucie beaucoup plus de vous maintenant, mais en un instant les choses vont changer, pour vous rappeler pourquoi ça n’a juste pas marché la première fois et peut-être même la deuxième…Ce quelqu’un va croire et penser que vous êtes faible, que vous allez toujours le pardonner, et ça peu importe ce qu’il fera. Il va se féliciter de la façon dont il agit, et surtout il n’y a rien de sincère dans ses excuses, surtout pas quand il recommence les mêmes erreurs encore et encore. Vous n’êtes pas faible de l’aimer, d’espérer qu’il a changé, car vous au final tout ce que vous voulez, c’est le meilleur pour tout le monde !Mais la vérité c’est que vous ne pouvez pas être avec quelqu’un qui vous tire vers le bas, ou vous brise toujours le cœur consciemment, car il pense seulement à lui. Vous méritez beaucoup plus que de retourner avec quelqu’un qui vous a brisé à de multiples reprises, juste car vous voudriez tellement qu’il change, mais oubliez cela, on ne peut pas aider quelqu’un que ne veut pas vraiment s’aider à la base. Avec le temps et de la distance entre vous, vous allez retrouver votre joie de vivre, votre sourire, car vous allez vous rendre compte que c’est vous qui créez votre bonheur…

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 14 novembre

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 13 novembre 2020

« La solitude ne vient pas de l’absence de gens autour de nous, mais de notre incapacité à communiquer les choses qui nous semblent importantes. »

Carl Jung

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 12 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 11 novembre 2020

« Il n’y a rien de plus précieux en ce monde que le sentiment d’exister pour quelqu’un. »

Victor Hugo

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 10 novembre 2020

QU’EST-CE QU’UN MONSTRE?

Qu’est-ce qu’un monstre ? Un homme qui fait le mal à répétition. A-t-il conscience de faire le mal ? Non, la plupart du temps. Parfois oui, mais cette conscience ne le change pas. Car le monstre se justifie à ses yeux en se disant qu’il n’a jamais souhaité le mal. C’est juste un accident de parcours. Alors que tant de mal se fait sur cette planète, personne n’aspire au mal. Nul n’est méchant volontairement, même le plus grand rompeur de promesses, le pire des assassins ou le dictateur le plus sanguinaire. Chacun croit agir bien, en tout cas en fonction de ce qu’il appelle le bien, et si ce bien s’avère ne pas être le bien des autres, s’il provoque douleur, chagrin et ruine, c’est par voie de conséquence, cela n’a pas été voulu. Tous les salauds ont les mains propres.

La part de l’autre – Éric-Emmanuel Schmitt

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 9 novembre 2020

Magnifique photographie du photographe Daniel Thomas

« Il ne sert de rien à l’homme de gagner la Lune s’il vient à perdre la Terre. »

de François Mauriac

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 8 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 6 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Au nom du corps !

Oeuvre de la talentueuse peintre bulgare Daniela Zekina

Elle achetait des livres qui lui parlaient de spiritualité, d’unité, d’émotions positives, de lumière et d’amour inconditionnel… Elle essayait de toutes ses forces d’être parfaite, et de l’atteindre ce ciel que ces récits décrivaient ! Elle essayait de gommer ses ombres, pour atteindre cette lumière. Elle essayait d’être joyeuse alors qu’elle était souvent triste. Elle essayait d’être linéaire alors que tout en elle n’était que chaos et tsunami… Elle essayait d’être calme alors qu’elle sentait la tempête. Elle tentait de répondre à ce que ces sages écrivaient… Mais, plus elle lisait, plus elle essayait ; et plus elle échouait . Elle restait immuablement humaine et duale, avec ses émotions paradoxales… Elle était l’inverse de tout ce qui était écrit… Et s’écroulait donc accablée et accroupie… Pourquoi donc n’était-elle pas parfaite comme tous ces gens qui savaient, qui étaient des êtres illuminés et éveillés ?! Épuisée, elle alla se coucher et se mit à rêver… En songe, elle vit une grande salle : d’un côté des hommes cravatés et même certains sages ; de l’autre des musiciens, chanteurs et poètes délurés dans un vaste bordel coloré. Les cravatés ne pouvant tolérer une telle pagaille partirent sur le champ ! Et il ne restait dans cette salle que tous ces gens étonnants ! Surprise au réveil elle comprit. Elle mit de côté tous ses livres, et décida de vivre ! Elle accepta alors toute son humanité, ses sautes d’humeur et son coeur parfois fermé… Elle accepta toutes ses parts et sa dualité ! Et grâce à cela, elle trouva enfin son unité… Son coeur s’ouvrit alors en corolle, car elle ne jouait plus aucun rôle. Pour une fois elle s’aimait, même si rien n’était parfait… Elle aimait même tout ce qu’elle avait tant cherché à masquer toutes ces années … Elle arrêta donc de se faire violence, et entra dans sa propre danse… Elle n’écouta plus les savants, mais son élan vibrant… Elle devint une femme sauvage capable parfois d’être en rage… Elle pouvait pleurer, car elle en connaissait la beauté. Elle accepta sa nature de femme cyclique, et devint magnifique… Elle comprit que tout ce qui vivait en elle était divin, et la lumière vint enfin ! Elle ne cherchait plus la perfection linéaire car elle sentit qu’elle était comme le mouvement de la Terre… Elle dansait , chantait et riait maintenant de sa nature paradoxale et cyclique… Et tout en elle était apaisé car il n’y avait plus besoin de chercher… Juste sentir la brise des étoiles sur sa peau et écouter le cantique des oiseaux… Elle était maintenant l’océan qui voyait ses vagues… Elle était la conscience qui vivait ses émotions… Elle était le divin qui vivait dans son corps humain. Elle était l’espace infini qui vivait le temps fini. Elle était le calme qui regardait ses tempêtes. Elle était l’unité qui vivait sa dualité… Tout en elle s’était réuni… Et elle vivait sa vie…

Caroline Gauthier Roman initiatique : Au Nom du Corps

Publié dans Philosophie de l'instant | Laisser un commentaire

Citation du 5 novembre 2020

« Il arrive un jour dans la vie où tu dois décider dans quel train tu veux monter.et..une fois que tu as décidé, tu ne dois pas te demander ce qui se serait passé si tu en avait pris un autre ! »

Killian Jornet

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 4 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 3 novembre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 2 novembre 2020

”Là où on s’y attendait le moins, un espoir pourrait naître.”

Publié dans Citation du mois | Laisser un commentaire

Citation du 30 octobre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 29 octobre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Merci Dr. Mohamed Salah Ben Amor

La poétesse Elena Martinez m’a adressé cette lettre très touchante :

Bonjour à chacun d’entre vous !Je voulais prendre le temps mérité pour remercier comme il se doit Monsieur Mohamed Salah Ben Amor de nous avoir permis de mettre en commun notre poésie dans une anthologie qui aura pour titre: La poésie plus forte que le Covid.

Ce fut, pour lui beaucoup de travail et d’accommodations. Mais malgré les obstacles, il a tenu le coup. Merci et bravo pour votre persévérance et votre amour inconditionnel de la poésie.

Je suis si fière de représenter le Canada dans cet anthologie et c’est avec humilité mais dignité que je vais assumer cette responsabilité.

J’ai commencé à écrire de petits poèmes à l’âge de cinq ans, cela s’est imposé à moi tout autant que respirer. Mon père me disait souvent que la poésie, l’écriture ne fait pas vivre…qu’elles ne remplissent pas nos ventres vides…que ce n’est qu’une échappatoire pour des esprits  » fleur bleue’…Papa, tu as eu raison sur bien des choses concernant la vie, mais pas celle-ci :La poésie fait VIVRE, ce fut le cas pour moi et faute de remplir mon ventre affamé, elle a nourri mon existence de sa présence.

Sans la poésie, je ne serais plus ici…

Elena

Publié dans Citation du jour, Message | Laisser un commentaire

Citation du 28 octobre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 27 0ctobre 2020

LE BONHEUR D’EXISTER

Je ressentais une émotion longue, bouleversante, violente, entre la stupeur et l’émerveillement : j’éprouvais le bonheur d’exister. La joie simple de me trouver au milieu d’un monde si beau. N’être pas grand chose et beaucoup à la fois: une fenêtre ouverte sur l’univers qui me dépasse, le cadre dans lequel l’espace devient un tableau, une goutte dans un océan, une goutte lucide qui se rend compte qu’elle existe et que, par elle, l’océan existe. Minuscule et grande. Intense et misérable.

Eric-Emmanuel Schmitt

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 26 octobre 2020

“ Nous pouvons avoir tous les moyens de communication du monde, mais rien, absolument rien, ne remplace le regard de l’être humain. “

Paulo Coelho

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 25 octobre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 24 octobre 2020

« Ce qui me bouleverse, ce n’est pas que tu m’aies menti, c’est que désormais, je ne pourrai plus te croire. »

Friedrich Nietzsche

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 23 octobre 2020

La nuit nous perdons le sens de l’espace, la pensée s’épanouit, se détend ailleurs…

Elena Martinez

Publié dans Citation du jour | 2 commentaires

Citation du 22 octobre 2020

« Ce n’est pas l’amour, aussi merveilleux soit-il, qui permet à deux êtres qui s’aiment de rester ensemble dans la durée d’une vie. C’est la qualité de la communication, la richesse des échanges, la vitalité des partages qui nourriront leur relation et la maintiendront vivante. »

Jacques Salomé

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 21 octobre 2020

« Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir. »

Christian Bobin

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Oser être vrai dans un monde « faux », par Pascale Dufresne

Voici en ce qui me concerne, les motifs pour lesquels je considère que cet écrit se démarque de tous les livres de connaissances de soi, que j’ai lu à ce jour. Tout d’abord et le titre oblige, par l’authenticité et l’engagement de Pascale de la première à la dernière page. Cet écrit, tout en ayant de la substance théorique et académique se veut surtout un cheminement « pratique » et à la portée de toutes personnes désireuses de faire ce voyage parfois périlleux, mais combien merveilleux et enrichissants de nos contrées intérieures. Pascale, nous accompagne pas à pas, à notre rythme par des questionnements qui ne peuvent faire autrement que de susciter des réflexions profondes et durables. Elle nous présente deux voies possibles pour atteindre cette connaissance de soi que je vous convie à découvrir. Comme le suggère ma citation sur mon site web Dynamotcoaching Chaque détour agrandit l’horizon. Toutefois, je crois que le coup de génie de Pascale, consiste dans le partage de l’accompagnement de trois protagonistes : Alain, Pierre et Suzanne et de leur progression unique et particulière sur les sentiers parfois sinueux qui mènent au cœur de soi. Et ce, étape par étape. En tant que lecteur ou lectrice, nous ne pouvons faire autrement que nous identifier à l’un ou à plusieurs de ces trois personnalités, en totalité ou en partie. Pour ma part, ce fut vraiment révélateur et cela fera assurément partie du cheminement me conduisant aux pays de COMPOSE-ELLE !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Les gens qui savent écouter ont une grande supériorité sur les autres. Ceux qui savent observer, une plus grande encore ; mais, en général, ce sont les mêmes. »

Charles Dollfus

Claudia Garcia

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 16 octobre 2020

LE BONHEUR, C’EST UN COIN DE CIEL BLEU DANS LA TÊTE.

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 15 octobre 2020

Défaire le nœud des méandres

Suivre le flot des années

Dans l’espoir que les hommes finissent par s’entendre

La paix, n’est-elle  »guerre » qu’une utopie désuète et démodée ?

Tendresse sur votre jour 🙂

Elena

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 14 octobre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 13 octobre 2020

Il n’y a ni victoire ni défaite dans le cycle de la nature: Il n’y a que mouvement.

P. Coelho

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 12 octobre 2020

Voilà qui résume parfaitement ma pensée…Nous avons tous et toutes des forces, des couleurs, des talents à mettre au profit de notre humanité. Pourquoi ne pas les apposer les uns aux autres pour un meilleur devenir collectif. Merci Pascale Dufresne pour cette trouvaille et surtout à Monsieur Jacquard pour votre belle lucidité.

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 11 octobre 2020

Pierrick Martinez
Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 10 octobre 2020

« Je n’appartiens pas à un système, j’ai toujours lutté contre ça. Je vois les gens que j’aime, je vais là où je veux, je lis un livre parce qu’il m’attire et non parce qu’il faut « absolument l’avoir lu », et toute ma vie est comme cela. »

(Marc Levy)

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 9 Octobre 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire