Citation du 21 février 2019

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 18 février 2019

citation
Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 16 février 2019

Photo de Esprit spiritualité et métaphysiques.
Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Pour la Saint-Valentin

Pour la fête de l’amour qui selon moi devrait être raison de célébration jour après jour…

LES SAISONS DE L’AMOUR

L’amour a ses folies et ses raisons
Ses fragilités, ses saisons

Au printemps amour frêle
Tu t’enveloppes de vert tendre
Après la froidure et l’absence
Tu reviens nous surprendre

Répandant ta semence au tréfonds de nos cœurs solitaires
Et préparant doucement la terre
Encore ensommeillée par le givre
Du puissant désir de vivre

© Tous droits réservés, Elena Martinez

© Oeuvre, The distance between us, Acrylique 20×20, techniques mixtes, vendu Marie-Ève Roy

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).
Publié dans Non classé, Poésie humaniste | Laisser un commentaire

Citation du 13 février 2019

En nous libérant de notre propre peur, notre puissance libère automatiquement les autres.

Marianne Williamson

PH. Artists on Tumblr

Photo de L'échappée Belle.
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Citation du 10 février 2019

 » Lorsqu’elle rencontre un rocher sur sa route, la rivière ne remonte jamais en arrière. Elle le contourne en glissant, joue avec lui comme le guérisseur qui murmure et enchante la blessure, ou bien elle bondit dans une gerbe de lumière. Apprends toi aussi à danser avec l’obstacle, si tu veux progresser. »
Jean-Paul Bourre

Eva Creel
Eva Creel
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Citation du 9 février 2019

«  Tu dis que tu aimes les fleurs et tu leur coupes la queue, tu dis que tu aimes les chiens et tu leur mets une laisse, tu dis que tu aimes les oiseaux et tu les mets en cage, tu dis que tu m’aimes alors moi j’ai peur. »

Jean Cocteau

Foto che non hanno neanche bisogno di avere un titolo. (Conceptual) | Flickr : partage de photos !
Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 1 février 2019

 » Le plus périlleux, fascinant, mais également le plus riche des voyages que nous pouvons entreprendre est celui que nous faisons dans nos contrées intérieures. « 

© Tous droits réservés, Elena Martinez

Footnotes Marie-Ève Roy
Publié dans Citation du mois | Laisser un commentaire

Citation du 30 janvier 2019

Il y a une place toute spéciale en enfer pour les femmes qui n’aident pas les femmes.

Madeleine Albright

Tears of technicolours IV by AlfieAlphA.deviantart.com on @deviantART
Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Solitaire

20597504_2001936446729716_3550035027657553449_n

« Enfant, je me sentais solitaire, et je le suis encore aujourd’hui, car je sais et dois mentionner des choses que les autres, à ce qu’il semble, ne connaissent pas ou ne veulent pas connaître. La solitude ne naît point de ce que l’on n’est pas entouré d’êtres, mais bien plus de ce que l’on ne peut leur communiquer les choses qui vous paraissent importantes, ou de ce que l’on trouve valables des pensées qui semblent improbables aux autres. Ma solitude commença avec l’expérience vécue de mes rêves précoces et atteignit son apogée à l’époque où je me confrontais avec l’inconscient. Quand un homme en sait plus long que les autres, il devient solitaire. Mais la solitude n’est pas nécessairement en opposition à la communauté, car nul ne ressent plus profondément la communauté que le solitaire ; et la communauté ne fleurit que là où chacun se rappelle sa nature et ne s’identifie pas aux autres.

Il est important que nous ayons un secret, et l’intuition de quelque chose d’inconnaissable. Ce mystère emplit la vie d’une nuance d’impersonnel, d’un « numinosum ». Qui n’a pas fait l’expérience de cela a manqué quelque chose d’important. L’homme doit sentir qu’il vit dans un monde qui, à un certain point de vue, est mystérieux, qu’il s’y passe des choses, dont on peut faire l’expérience – bien qu’elles demeurent inexplicables, et non seulement des choses qui se déroulent dans les limites de l’attendu. L’inattendu et l’inhabituel font partie de ce monde. Ce n’est qu’alors que la vie est entière. Pour moi, le monde, dès le début, était infiniment grand et insaisissable. »

Carl Gustav Jung ( Ma vie ) Souvenirs, rêves et pensées

Publié dans Psychosocial | Laisser un commentaire

Bain d’infini…

« Daniel Thomas n’est pas un traqueur d’images, il est un capteur d’âmes et d’atmosphères. Il est l’oeil révélateur de ce que toute chose, endroit, événement ou personne recèle de plus puissant, de plus profond et de plus beau. Avec toute son humanité et la générosité qui le caractérise, Daniel choisit de capter la beauté de l’univers dans son essence et sa fragilité. »

S.D

Bain de pluie, bain de mousse
Comme un vieux chagrin qui s’émousse
Bain de vie, bain de foule
Des éclats de rire dont on s’éclabousse

À grande eau, lavons les cœurs de pierre
Blanchissons les chaussées noircies du quotidien
Dégrafons la nostalgie de sa poussière
Pour l’allonger dans un grand bain

Bain de ciel et de lumière (refrain)

À s’en noyer tout entier dedans
Bain de source, devenu rivière
Où rafraîchir nos différends

Bain de sang, bain de larmes
Comme une bombe d’indifférence qu’on désarme
Avant qu’alentour tout n’explose
Bain d’amour en overdose
Bain de paix, bain d’illusions
Et, pour oublier, bain tourbillon

À grande eau, lavons les cœurs de pierre
Blanchissons les chaussées noircies du quotidien
Dégrafons la nostalgie de sa poussière
Pour l’allonger dans un grand bain

Bain de ciel et de lumière (refrain)
D’espoir à s’en noyer tout entier dedans
Bain de source, devenu rivière
Où rafraîchir nos différends

© Elena Martinez

© Photo Délicatesse, Daniel Thomas

Publié dans Poésie humaniste | Laisser un commentaire

Citation du 15 janvier 2019

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 12 janvier 2019

Photo de Mohamed Salah Ben Amor.
Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 11 janvier 2019

«C’est à partir de toi que j’ai dit oui au monde.»
[ Paul Eluard ]

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 8 janvier 2019

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 7 janvier 2019

 »LA VIE EST TROP COURTE POUR ÊTRE PETITE »

Don Quichotte et Sancho Panza
Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Le sel de nos vies!


Souvent on parle trop
Pour taire l’essentiel
Et pourtant la vie sans les mots
c’est un peu comme une mer sans sel, insipide, fade, irréelle…

©  Tous droits réservés, Elena Martinez


Publié dans Poésie humaniste | Laisser un commentaire

4 janvier 2019

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 3 janvier 2019

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation de janvier 2019

Il n’y a pas d’autre raison de vivre que de regarder, de tous ses yeux et de toute son enfance, cette vie qui passe et nous ignore.

Christian Bobin

Publié dans Citation du mois | Laisser un commentaire

Pourquoi?

Pourquoi m’avez-vous fait une telle cervelle
Ouverte à tous les vents qui tourmentent l’esprit?
Où la science et l’art sont des citadelles
Qu’une étoile illumine et qu’une ombre envahit?
Pourquoi m’est-elle un monde, une obscure planète
Où se cache la Muse à l’esprit créateur?
Alors que, dans mon crâne, un cerveau de fauvette
Eût été plus léger et plus apte au bonheur

Et pour quelle raison m’avoir donné cette âme
Dont je ne puis sonder l’étrange profondeur?
Où je sens parfois un enfer de désirs et de flammes
Côtoyer tout un ciel de paix et de candeur?
Une âme qui torture, un rêve d’épopée,
Au chant mystérieux, au souffle d’idéal?
Alors, qu’en ma poitrine une âme de poupée
Eût été moins complexe et m’eût fait moins mal

Falling asleep for today...Sylwia Makris, Musetouch.

© Texte, tous droits réservés, Elena Martinez

Publié dans Poésie humaniste | Laisser un commentaire

Citation du 28 décembre 2018

Extrait de « La nuit du cœur » de Christian Bobin

« Pour comprendre quelqu’un, il faut le séparer de ce qu’il dit, prendre garde aux variations du souffle, à cette architecture monacale du silence que chacun construit en parlant.
J’ai gardé en moi et pour toujours quelques voix. Mystiquement, c’est-à-dire sans appareils et sans effort. Avec le temps elles maigrissent mais l’essentiel demeure, le secret de leurs inflexions. Cette petite pointe de douleur perçant entre deux paroles calmes. Cette inexplicable gaieté jusque dans la détresse accomplie. »

Enduring love is the most beautiful.....
Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 17 décembre 2018

#citation #citationdujour #proverbe #quote #frenchquote #pensées #phrases #french #français #amour
Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 10 décembre 2018

Notre première limite apparaît dans ce mot "comment". Nos doutes, nos peurs, nos découragements commencent alors à nous freiner. Les plus grandes résistances viennent de nous,
Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 9 décembre 2018

Seul l’amour peut donner du sens à ce qui en a aucun.

Paulo Coelho

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 8 décembre 2018

Photo de Mohamed Salah Ben Amor.
Image | Publié le par | 2 commentaires

Qui sommes nous ?

LE NOBLE ATTELAGE

Du corps et de l’âme

Selon Frédéric Lenoir  (L’Âme du monde)

(…) L’Âme du monde nous a donnés un précieux attelage composé de deux chevaux et d’un cocher. Les deux chevaux, ce sont le corps physique et le corps émotionnel et psychique. Le cocher, c’est l’âme spirituelle ou l’esprit. Tout au long de la vie, il nous faudra apprendre à maîtriser cet étrange attelage. Car sa bonne marche relève de la parfaite symbiose entre les trois éléments qui le composent. Si le cocher est faible ou inexpérimenté et ne domine pas ses montures, l’attelage ira n’importe où, s’échouera dans un ravin ou errera sans fin. Si les montures sont fatiguées ou mal nourries, l’attelage avancera péniblement. Apprendre à vivre, cela commence donc par apprendre à se connaître et à prendre soin de son corps, de son psychisme et de son âme (esprit), et favoriser la bonne entente de ces trois dimensions de notre être.

(…)  Apprends à connaître, à aimer et à prendre soin du premier cheval, celui de ton corps physique. Découvre par l’expérience ses capacités et ses limites (…) Mais ne cherche pas à dépasser ses limites et ménage-le. Ton corps a besoin de repos. Dors chaque nuit le nombre d’heures nécessaire. Chacun est différent : quand il faut six heure à l’un pour se reposer, il en faut neuf à un autre. Et ces temps de repos évoluent au long de la vie. Ton corps a aussi besoin de se nourrir. La nourriture ne doit pas seulement apporter un plaisir, mais fournir au corps, l’énergie nécessaire.

(…) Il est bon d’aimer son corps, de lui donner du plaisir, d’être attentif à lui. N’écoute pas ceux qui méprisent le corps. Ils sont de deux sortes. Il y a ceux qui ont peur du corps et qui le méprisent au nom des vertus de l’âme. Malgré leurs pieux discours, ceux-là n’ont rien de spirituel qui rejettent ce que l’Âme du monde leur a donné. En méprisant et en maltraitant ce don précieux de la vie, c’est la vie qu’il méprisent.  Et leur âme, à laquelle ils vouent un culte, aura bien du mal à s’épanouir dans un corps diminué ou maltraité. Il y a aussi ceux qui maltraitent le corps en le rendant corvéable à merci, en le sollicitant continuellement sans lui laisser assez de repos, en le nourrissant mal ou trop, en ne l’habitant pas assez consciemment ou en ne l’aimant pas. Certaines personnes ne vivent que dans leur tête, en étant coupées de leur corps. D’autres courent et travaillent sans cesse, sans donner à leur corps l’attention et le repos nécessaires. Tous ceux, qui pour une raison ou une autre, maltraitent ainsi leur corps physique, le payent tôt ou tard en épuisement ou maladies diverses et se privent d’un grand bonheur : celui de sentir l’énergie vitale circuler avec fluidité dans leurs jambes, leur bassin, leur ventre, leur torse, leurs bras, leur nuque, leur crâne. »

(…)  Apprends à connaître, aimer et prendre soin du second cheval, celui de ton corps psychique. Cette seconde monture est invisible par les yeux du corps physique, mais nous sentons son existence à travers notre sensibilité, nos émotions, notre états d’âme. Elle est intermédiaire entre le corps physique et l’esprit, c’est pourquoi on peut aussi bien la qualifier de « corps » que d’« âme » psychique. Or cette dimension psychologique est constamment présente dans notre vécu : nous sommes sans cesse confrontés à des émotions qui influent notre moral, notre bonheur, notre relation aux autres, notre perception de la vie. Il est essentiel d’apprendre à connaître notre psychologie et nos émotions : pourquoi fonctionnons-nous ainsi ? Qu’est-ce qui suscite en moi de la joie ou de la peur, de la colère ou de la tristesse, de l’envie ou du désespoir ? Pourquoi je retombe souvent dans les mêmes travers, les mêmes émotions perturbatrices, les mêmes mécanismes de répétition ? Inversement, qu’est-ce qui me met de bonne humeur, me réjouit, me stimule ?  Un travail d’introspection est nécessaire à une vraie connaissance de soi (…) Or bien des blessures viennent de la petite enfance et nous marquent à vie, suscitant à l’âge adulte des comportements ou des émotions qui entravent notre épanouissement. Plutôt que de vivre enchaînés, il est bon de prendre conscience du problème initial et de tenter de le résoudre dans le moment présent, avec la conscience et les ressources, notamment spirituelles, dont nous disposons aujourd’hui.

(…) Parlons maintenant du cocher. Celui qui doit diriger le corps physique et le corps psychique c’est l’esprit ou l’âme spirituelle (…)  Votre âme spirituelle n’est autre qu’une parcelle infime de l’Âme du monde. C’est par elle que vous vivrez à celle « longueur d’âme » qui relie toute chose et tout être dans l’univers. C’est par elle que vous ressentez la beauté et l’harmonie du monde. C’est par elle que vous pleurez devant un beau paysage ou une œuvre d’art. C’est par elle que vous sentez toute la grandeur de la vie, mais aussi toute la détresse des âmes vides. C’est par elle que vous pouvez donner votre vie pour un inconnu ou ressentir de la compassion pour un étranger. C’est par elle que vous aspirez à une parfaite liberté.  (…) C’est elle qui vous met en quête d’une source qui puisse enfin désaltérer la soif la plus profonde de votre être.

(…) Nos âmes ont des besoins invisibles pour les yeux du corps. Elle se nourrissent de la beauté du monde, du chant d’un oiseau, de quelques notes de musique, d’un rayon de soleil sur la neige. Elles se nourrissent de connaissances, d’études, de savoir. Elles se nourrissent de relation aimantes.

(…) Trop d’hommes auront vécu au fil de leurs instincts, de leurs émotions, ou bien des traditions et des coutumes de leur société, sans jamais avoir fait un vrai choix, sans jamais avoir eu l’intelligence émue par la beauté du savoir, le cœur saisi par la joie du don. Ils auront connu des petits plaisirs, mais pas de grandes joies. Ils auront vécu des amours rassurantes,mais jamais ne celles qui déchirent le cœur et l’agrandissent aux dimensions du monde. Ils auront mangé à leur faim, mais pas connu l’extase de l’âme face au BEAU et au VRAI. Ils auront appris un métier et gagné leur vie, mais sans doute jamais découvert l’activité qui aurait pu les mettre dans l’enthousiasme. Et lorsqu’ils mourront, ils demanderont : À quoi bon vivre ? L’existence n’avait aucun sens !  Où est-il le bonheur auquel j’ai parfois aspiré ? Où est l’amour que j’ai désiré ?Où est-elle la vérité dont on m’a parlé ? Qu’en est-il de la vie dont j’ai rêvé lorsque j’étais enfant ?  Alors on leur répondra : Tu avais en toi un esprit qui pouvait donner un sens à ta vie, te conduire au bonheur et à l’amour véritable, te mener vers la vérité et te faire vivre tes rêves…mais tu l’as ignoré. 

Publié dans Pensée du jour | Laisser un commentaire

Citation du 4 décembre 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Parution du 3 décembre 2018

http://www.masharif.com/fr/2018/12/03/entretiens-de-culminances-21-poete-hispano-canadienne-elena-martinez/?fbclid=IwAR1jbtncgmcmwg6t_kNu6fLsq4CglP8FdWycSdyDJwAGGwzIV1bShuwZvWA

Publié dans Lectures et liens | Laisser un commentaire

Citation du 2 décembre 2018

Toi, je t’attendais comme on attend une friandise, récompense promise, de l’enfance qui s’échappait.

© Elena Martinez

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 1 décembre 2018

Dynamotcoaching
Publié dans Citation du mois | 1 commentaire

Citation du 28 novembre 2018

« Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil. »

Christian Bobin

Photo: auteur inconnu
Publié dans Citation du jour | 3 commentaires

La mort du loup

http://www.masharif.com/fr/2016/10/08/les-archives-des-commentaires-poetiques-de-mohamed-salah-ben-amor-25-les-poemes-delena-martinez25-1-un-peu-despoir/?fbclid=IwAR1KPoHZySbu4XRy1weDuK193nfJCDV5_MJgqOKkMyZOj2H_Q5a2vZGFoN4

Publié dans Non classé, Poésie humaniste | Laisser un commentaire

Citation du 25 novembre 2018

Bonjour à tous, Essayez et partagez à vos amis ;) Bonne journée !
Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 24 novembre 2018

« L’amour n’est pas dans le champ de l’ego. Là où est l’amour, le moi n’est pas. »

Jiddu Krishnamurti

Image: auteur inconnu
Publié dans Citation du jour | 2 commentaires

Le Diable pleure aussi…

Fiction

« Les sexes sont peut-être plus parents qu’on ne le croit ; et le grand renouvellement du monde tiendra sans doute en ceci : l’homme et la femme libérés de toutes les erreurs, de toutes leurs difficultés, ne se rechercheront plus comme des contraires, mais comme des frères et sœurs, comme des proches. Ils uniront leurs humanités pour supporter ensemble, gravement, patiemment, le poids de la chair difficile qui leur a été donnée»

Rainer Maria Rilke

« Le bonheur ne dépend pas de l’endroit où l’on vit, mais de la personne avec laquelle on est »

Zhang Xianelong

Voici des histoires qui n’ont rien de contes poétiques dans lesquelles ni vous ni moi serions les héros de nos pauvres chimères. Il était mille fois, des lignes écrites à l’encre écarlate et poisseuse de la violence.

Par ces nouvelles fictives, je désire me faire le témoin de toutes ces bouteilles qui sont jetées à la mer de notre quotidien. Contenants de verre bien trop fragiles pour contenir cette multitude de messages désespérés qui voyagent de si long cours. Récipients sans blindage qui transportent dans leurs entrailles des missives qui tanguent sur la surface de nos jours avec à leurs bords, tant de S.O.S lancés dans le courant d’un siècle d’individualisme.

Néanmoins, je fais plus que jamais le souhait que nous portions davantage à notre oreille, le coquillage des cris parfois discrets, parfois stridents, de l’humanité en détresse. Et surtout que tous les mal-aimés trouvent en eux, la guérison du  pardon. Le pardon, non pas tant envers ceux qui les auront blessés sur leur parcours. Non, le pardon envers eux-mêmes. Savoir se pardonner pour avoir était ne serais-ce qu’un jour, une heure, un instant, un être vulnérable. Se  pardonner de la honte que l’on a pu ressentir d’avoir été une victime silencieuse à tant d’autres victimes semblables. Et surtout, savoir qu’au-delà de toutes les luttes et de toutes les pertes, nous pouvons nous relever fièrement en sachant que viendront pour nous des jours meilleurs.

Voilà pourquoi j’ai choisi ici de partager des mots tantôt cruels, tantôt tendres qui composent trop souvent la trame de nos histoires communes…

 

Le poids de la conscience

«De quel enfant serions-nous faits pour ne jamais vibrer?

De quel enfant serions-nous père

Pour ne jamais, jamais aimer? (…)

De quel métal serions-nous faits pour ne jamais vibrer

Dequel enfant serions-nous père

Pour ne jamais aimer

Daniel Steff (Au momentd’être à vous)

« Nous sommes aussi malade que nos secrets »

John Bradshaw

Le diable pleure aussi

Ses tourments incompris

Et déverse son torrent acide

Sur nos visages mornes et livides

Épuisé d’être sous les projecteurs

Il se tortille de douleur

Et nous réclame quelques mois de clémence

De sainte paix et de vacances

Fini les disputes, les frictions

Les coups de gueule, les oppositions

Il en a marre des commérages

Des sermons, des copinages

Eh oui, le Diable pleure aussi

En rêvant d’un bref séjour au paradis

I

Je t’aimerai toujours

«  Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es »

Machiavel

Arès prend plaisir à noter et à compiler ses observations concernant le sexe opposé dans un fichier informatique. Il le fait avec une méthodologie presque scientifique;cartésienne et structurée. Et puis, n’est-il pas psychanalyste de profession ? Un spécialiste des labyrinthes tortueux de l’esprit.

On peut y lire les notes suivantes :

De toutes ces promesses futiles et accessoires que l’on déclame parfois intempestivement au nom de l’amour, pas une seule n’est plus sûrement trahie que celle-ci : « Je t’aimerai toujours » Pourtant, les femmes ne se lassent jamais de les attendre ces paroles volatiles. Et ce,qu’elles soient dites impudiquement au grand-jour ou encore dans l’antichambre close du silence. Les filles, espèrent ces mots avec un acharnement hors du commun, les revendiquent même, les marchandent à l’occasion, s’y piquent avec l’addiction des junkies. Elles s’y accrochent, comme un nouveau-né au sein de sa mère. Et plutôt que de capituler devant la cruauté de la vérité qui parfois leur éclate en plein visage, celles-ci, préfèrent croire en nos bonnes intentions, nous trouvant mille excuses pour justifier nos emportements intempestifs qu’elles souhaiteraient momentanés. Et même, les plus odieux. Tout leur semble plus tolérable que de s’avouer vaincues et de ne pas s’être montrer digne de la promesse clamée aux premiers jours.

Voilà comment mon analyse approfondies de ces vaines créatures a servit mes vils desseins.

À mes yeux, les relations amoureuses ne sont qu’un divertissement complexe et passionnant. Un jeu où irrémédiablement c’est le plus astucieux, le plus malin, et le plus impassible qui marque des points. En bout de ligne c’est lui qui remporte la victoire, celle contrôle total de son adversaire.

Les sentiments ne sont alors que duperies, de simples pions que l’on déplace ou qu’on négocie sur le grand échiquier de l’existence. La fin justifiant les moyens,il ne peut y avoir qu’un seul gagnant. 

Pour marquer des points, il me faut d’abord bien connaître mon adversaire, tout savoir, rien ne doit  lui échapper. Il est primordial de le connaître dans les moindres détails, de bien le cerner jusque dans ses moindres failles et dans ses pensées les plus intimes. Alors,seulement peut s’établir la plus efficace des stratégies afin miner notre victime et déclarer Échec et Mat.

Toutefois, cela demande un investissement total, donc plusieurs sacrifices dont du temps et quelques loisirs.

Pour y parvenir j’ai du m’abaisser à marcher dans leurs traces fréquenté leurs endroits de prédilections, feuilleter des centaines revues féminines ainsi que lire quelques-uns de leurs sordides romans à l’eau de rose. En plus, de me documenter à travers la littérature féminine et une multitude d’écrits traitant de la psychologie féminine, du couple, de la famille. La plupart d’ailleurs de ces instructifs ouvrages qui ont été écrits l’ont été par des hommes. Brillants ces messieurs, je dois bien l’admettre. Néanmoins, les plus intéressants à mon avis sont les textes revendicateurs et critiques de certaines de ces féministes castratrices qui sont en recherche de notoriété et d’une reconnaissance sociale, égale à la nôtre. Une utopie risible et frauduleuse…(à suivre)

Image: Natalia Deprina
Publié dans Nouvelles-Fiction, Psychosocial | Laisser un commentaire

Pensée du 20 novembre 2018

« Les sexes sont peut-être plus parents qu’on ne le croit ; et le grand renouvellement du monde tiendra sans doute en ceci : l’homme et la femme libérés de toutes les erreurs, de toutes leurs difficultés, ne se rechercheront plus comme des contraires, mais comme des frères et sœurs, comme des proches. Ils uniront leurs humanités pour supporter ensemble, gravement, patiemment, le poids de la chair difficile qui leur a été donnée»

Rainer Maria Rilke

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 19 novembre

Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 15 novembre 2018

[CITATIONS] Les leaders ne forcent personne à les suivre, ils les invitent à un voyage." CHARLES S. LAUER #Ecommerce #Kooneo #Leaders #Charlesslauer

Image | Publié le par | 6 commentaires

Vidéo du 11 novembre 2018

Publié dans Vidéo du jour | Laisser un commentaire

Citation du 8 novembre 2018

les plus beaux proverbes à partager : Triste réalité

Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 4 novembre 2018

A toi petite...

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

31 octobre 2018

 10268547_648671998537309_3784264948528858360_n

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

30 octobre 2018

Ton cœur est ta boussole - Atmosphère Citation

Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 22 octobre 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 17 octobre 2018

Shape of the room & big windows

 » Je t’aime – cette parole est la plus mystérieuse qui soit, la seule digne d’être commentée pendant des siècles. »

Christian Bobin ; extrait de La plus que vive.

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Pensée du 8 octobre 2018

Photo de Z'Héro Déchet.

Dérangeons avec notre tendresse, dérangeons avec notre espoir de bienveillance et de non-violence!

« Dé-rangeons » ce qui est bien rangé, sous le manteau de l’indifférence, de la froideur, ou du déni. Soulevons le lourd tissus de nos peurs, de nos multiples couches de protections et de nos conditionnements, et laissons parler cette tendresse qu’on porte toutes et tous en nous, et qui se cache tout près, juste en-dessous…

« Dé-rangeons » pour la santé de nos forêts, de notre air et de notre eau, l’eau qu’on boit, celle des rivières et des océans!

« Dé-rangeons » pour toutes celles et ceux dont on ne tient pas assez compte, pour celles et ceux qui souffrent, pour les personnes âgées, pour les enfants, pour les familles qui peinent à arriver, pour celles et ceux qui s’épuisent à aider, ou qui souffrent de solitude, de nos jugements, de notre incompréhension ou de nos manques de considération…

« Dé-rangeons » pour les victimes de violence, pour celles et ceux qui souffrent de maladies mentales ou autres, pour les pauvres, pour ceux qui n’ont pas de voix, qui ne peuvent exprimer leur souffrance ou leur détresse…

« Dé-rangeons », avec notre espoir de bienveillance, pour ces grands oubliés, nos cousins animaux, sordidement devenus esclaves et malades de l’humain, victimes de violences telles qu’il est devenu extrêmement difficile de dénoncer ces réalités sans blesser la sensibilité des gens bienveillants et qu’on aime à qui on voudrait en parler, tant le propos de la violence qu’ils vivent est difficile à imaginer et même à accueillir.

« Dé-rangeons » nos idées, nos belles idées auxquelles on s’est attaché si fort que ça nous apporte peut-être un manque de liberté de mouvement…

« Dé-rangeons » nos vieux modèles, juste pour voir, et nos belles habitudes perpétuées sans penser à leurs impacts…

« Dé-rangeons » par amour, avec amour, avec toute notre bienveillance et notre tendresse, et osons regarder les choses avec un regard nouveau, un regard neuf, avec un coeur ouvert, juste un instant, juste pour voir…

Merci Isabelle Cyr

Publié dans Pensée du jour | 2 commentaires

Pensée du 7 octobre 2018

L’amour n’arrive pas trop tard, c’est nous qui nous dépêchons à vouloir le vivre avec les mauvaises personnes ! 

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

Publié dans Pensée du jour | Laisser un commentaire

Citation du 7 octobre 2018

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

La vie est un oiseau moqueur
Qui nous picore lentement le cœur
À coup de bec tout en douceur
Parfois se fait marteau piqueur !

© Elena Luz Martinez

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 6 octobre 2018

« Je suis une femme libre ? »

je le suis autant que je le peux, pas autant que je le souhaiterais. Il est une liberté à acquérir, intime et intemporelle, celle qui permet à la femme de se défaire des souffrances et interdits qui entravent sa vie d’adulte. La liberté se recrée à chaque instant, elle est mouvement infini.

Catherine Bensaïd

© Art Psicodigital Juan Brufal (image)

Photo de JE T'aime JE T'aime JE T'aime.

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire