Citation du 10 décembre 2018

Notre première limite apparaît dans ce mot "comment". Nos doutes, nos peurs, nos découragements commencent alors à nous freiner. Les plus grandes résistances viennent de nous,
Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 9 décembre 2018

Seul l’amour peut donner du sens à ce qui en a aucun.

Paulo Coelho

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 8 décembre 2018

Photo de Mohamed Salah Ben Amor.
Image | Publié le par | 2 commentaires

Qui sommes nous ?

LE NOBLE ATTELAGE

Du corps et de l’âme

Selon Frédéric Lenoir  (L’Âme du monde)

(…) L’Âme du monde nous a donnés un précieux attelage composé de deux chevaux et d’un cocher. Les deux chevaux, ce sont le corps physique et le corps émotionnel et psychique. Le cocher, c’est l’âme spirituelle ou l’esprit. Tout au long de la vie, il nous faudra apprendre à maîtriser cet étrange attelage. Car sa bonne marche relève de la parfaite symbiose entre les trois éléments qui le composent. Si le cocher est faible ou inexpérimenté et ne domine pas ses montures, l’attelage ira n’importe où, s’échouera dans un ravin ou errera sans fin. Si les montures sont fatiguées ou mal nourries, l’attelage avancera péniblement. Apprendre à vivre, cela commence donc par apprendre à se connaître et à prendre soin de son corps, de son psychisme et de son âme (esprit), et favoriser la bonne entente de ces trois dimensions de notre être.

(…)  Apprends à connaître, à aimer et à prendre soin du premier cheval, celui de ton corps physique. Découvre par l’expérience ses capacités et ses limites (…) Mais ne cherche pas à dépasser ses limites et ménage-le. Ton corps a besoin de repos. Dors chaque nuit le nombre d’heures nécessaire. Chacun est différent : quand il faut six heure à l’un pour se reposer, il en faut neuf à un autre. Et ces temps de repos évoluent au long de la vie. Ton corps a aussi besoin de se nourrir. La nourriture ne doit pas seulement apporter un plaisir, mais fournir au corps, l’énergie nécessaire.

(…) Il est bon d’aimer son corps, de lui donner du plaisir, d’être attentif à lui. N’écoute pas ceux qui méprisent le corps. Ils sont de deux sortes. Il y a ceux qui ont peur du corps et qui le méprisent au nom des vertus de l’âme. Malgré leurs pieux discours, ceux-là n’ont rien de spirituel qui rejettent ce que l’Âme du monde leur a donné. En méprisant et en maltraitant ce don précieux de la vie, c’est la vie qu’il méprisent.  Et leur âme, à laquelle ils vouent un culte, aura bien du mal à s’épanouir dans un corps diminué ou maltraité. Il y a aussi ceux qui maltraitent le corps en le rendant corvéable à merci, en le sollicitant continuellement sans lui laisser assez de repos, en le nourrissant mal ou trop, en ne l’habitant pas assez consciemment ou en ne l’aimant pas. Certaines personnes ne vivent que dans leur tête, en étant coupées de leur corps. D’autres courent et travaillent sans cesse, sans donner à leur corps l’attention et le repos nécessaires. Tous ceux, qui pour une raison ou une autre, maltraitent ainsi leur corps physique, le payent tôt ou tard en épuisement ou maladies diverses et se privent d’un grand bonheur : celui de sentir l’énergie vitale circuler avec fluidité dans leurs jambes, leur bassin, leur ventre, leur torse, leurs bras, leur nuque, leur crâne. »

(…)  Apprends à connaître, aimer et prendre soin du second cheval, celui de ton corps psychique. Cette seconde monture est invisible par les yeux du corps physique, mais nous sentons son existence à travers notre sensibilité, nos émotions, notre états d’âme. Elle est intermédiaire entre le corps physique et l’esprit, c’est pourquoi on peut aussi bien la qualifier de « corps » que d’« âme » psychique. Or cette dimension psychologique est constamment présente dans notre vécu : nous sommes sans cesse confrontés à des émotions qui influent notre moral, notre bonheur, notre relation aux autres, notre perception de la vie. Il est essentiel d’apprendre à connaître notre psychologie et nos émotions : pourquoi fonctionnons-nous ainsi ? Qu’est-ce qui suscite en moi de la joie ou de la peur, de la colère ou de la tristesse, de l’envie ou du désespoir ? Pourquoi je retombe souvent dans les mêmes travers, les mêmes émotions perturbatrices, les mêmes mécanismes de répétition ? Inversement, qu’est-ce qui me met de bonne humeur, me réjouit, me stimule ?  Un travail d’introspection est nécessaire à une vraie connaissance de soi (…) Or bien des blessures viennent de la petite enfance et nous marquent à vie, suscitant à l’âge adulte des comportements ou des émotions qui entravent notre épanouissement. Plutôt que de vivre enchaînés, il est bon de prendre conscience du problème initial et de tenter de le résoudre dans le moment présent, avec la conscience et les ressources, notamment spirituelles, dont nous disposons aujourd’hui.

(…) Parlons maintenant du cocher. Celui qui doit diriger le corps physique et le corps psychique c’est l’esprit ou l’âme spirituelle (…)  Votre âme spirituelle n’est autre qu’une parcelle infime de l’Âme du monde. C’est par elle que vous vivrez à celle « longueur d’âme » qui relie toute chose et tout être dans l’univers. C’est par elle que vous ressentez la beauté et l’harmonie du monde. C’est par elle que vous pleurez devant un beau paysage ou une œuvre d’art. C’est par elle que vous sentez toute la grandeur de la vie, mais aussi toute la détresse des âmes vides. C’est par elle que vous pouvez donner votre vie pour un inconnu ou ressentir de la compassion pour un étranger. C’est par elle que vous aspirez à une parfaite liberté.  (…) C’est elle qui vous met en quête d’une source qui puisse enfin désaltérer la soif la plus profonde de votre être.

(…) Nos âmes ont des besoins invisibles pour les yeux du corps. Elle se nourrissent de la beauté du monde, du chant d’un oiseau, de quelques notes de musique, d’un rayon de soleil sur la neige. Elles se nourrissent de connaissances, d’études, de savoir. Elles se nourrissent de relation aimantes.

(…) Trop d’hommes auront vécu au fil de leurs instincts, de leurs émotions, ou bien des traditions et des coutumes de leur société, sans jamais avoir fait un vrai choix, sans jamais avoir eu l’intelligence émue par la beauté du savoir, le cœur saisi par la joie du don. Ils auront connu des petits plaisirs, mais pas de grandes joies. Ils auront vécu des amours rassurantes,mais jamais ne celles qui déchirent le cœur et l’agrandissent aux dimensions du monde. Ils auront mangé à leur faim, mais pas connu l’extase de l’âme face au BEAU et au VRAI. Ils auront appris un métier et gagné leur vie, mais sans doute jamais découvert l’activité qui aurait pu les mettre dans l’enthousiasme. Et lorsqu’ils mourront, ils demanderont : À quoi bon vivre ? L’existence n’avait aucun sens !  Où est-il le bonheur auquel j’ai parfois aspiré ? Où est l’amour que j’ai désiré ?Où est-elle la vérité dont on m’a parlé ? Qu’en est-il de la vie dont j’ai rêvé lorsque j’étais enfant ?  Alors on leur répondra : Tu avais en toi un esprit qui pouvait donner un sens à ta vie, te conduire au bonheur et à l’amour véritable, te mener vers la vérité et te faire vivre tes rêves…mais tu l’as ignoré. 

Publié dans Pensée du jour | Laisser un commentaire

Citation du 4 décembre 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Parution du 3 décembre 2018

http://www.masharif.com/fr/2018/12/03/entretiens-de-culminances-21-poete-hispano-canadienne-elena-martinez/?fbclid=IwAR1jbtncgmcmwg6t_kNu6fLsq4CglP8FdWycSdyDJwAGGwzIV1bShuwZvWA

Publié dans Lectures et liens | Laisser un commentaire

Citation du 2 décembre 2018

Toi, je t’attendais comme on attend une friandise, récompense promise, de l’enfance qui s’échappait.

© Elena Martinez

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 1 décembre 2018

Dynamotcoaching
Publié dans Citation du mois | 1 commentaire

Citation du 28 novembre 2018

« Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil. »

Christian Bobin

Photo: auteur inconnu
Publié dans Citation du jour | 3 commentaires

La mort du loup

http://www.masharif.com/fr/2016/10/08/les-archives-des-commentaires-poetiques-de-mohamed-salah-ben-amor-25-les-poemes-delena-martinez25-1-un-peu-despoir/?fbclid=IwAR1KPoHZySbu4XRy1weDuK193nfJCDV5_MJgqOKkMyZOj2H_Q5a2vZGFoN4

Publié dans Non classé, Poésie humaniste | Laisser un commentaire

Citation du 25 novembre 2018

Bonjour à tous, Essayez et partagez à vos amis ;) Bonne journée !
Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 24 novembre 2018

« L’amour n’est pas dans le champ de l’ego. Là où est l’amour, le moi n’est pas. »

Jiddu Krishnamurti

Image: auteur inconnu
Publié dans Citation du jour | 2 commentaires

Le Diable pleure aussi…

Fiction

« Les sexes sont peut-être plus parents qu’on ne le croit ; et le grand renouvellement du monde tiendra sans doute en ceci : l’homme et la femme libérés de toutes les erreurs, de toutes leurs difficultés, ne se rechercheront plus comme des contraires, mais comme des frères et sœurs, comme des proches. Ils uniront leurs humanités pour supporter ensemble, gravement, patiemment, le poids de la chair difficile qui leur a été donnée»

Rainer Maria Rilke

« Le bonheur ne dépend pas de l’endroit où l’on vit, mais de la personne avec laquelle on est »

Zhang Xianelong

Voici des histoires qui n’ont rien de contes poétiques dans lesquelles ni vous ni moi serions les héros de nos pauvres chimères. Il était mille fois, des lignes écrites à l’encre écarlate et poisseuse de la violence.

Par ces nouvelles fictives, je désire me faire le témoin de toutes ces bouteilles qui sont jetées à la mer de notre quotidien. Contenants de verre bien trop fragiles pour contenir cette multitude de messages désespérés qui voyagent de si long cours. Récipients sans blindage qui transportent dans leurs entrailles des missives qui tanguent sur la surface de nos jours avec à leurs bords, tant de S.O.S lancés dans le courant d’un siècle d’individualisme.

Néanmoins, je fais plus que jamais le souhait que nous portions davantage à notre oreille, le coquillage des cris parfois discrets, parfois stridents, de l’humanité en détresse. Et surtout que tous les mal-aimés trouvent en eux, la guérison du  pardon. Le pardon, non pas tant envers ceux qui les auront blessés sur leur parcours. Non, le pardon envers eux-mêmes. Savoir se pardonner pour avoir était ne serais-ce qu’un jour, une heure, un instant, un être vulnérable. Se  pardonner de la honte que l’on a pu ressentir d’avoir été une victime silencieuse à tant d’autres victimes semblables. Et surtout, savoir qu’au-delà de toutes les luttes et de toutes les pertes, nous pouvons nous relever fièrement en sachant que viendront pour nous des jours meilleurs.

Voilà pourquoi j’ai choisi ici de partager des mots tantôt cruels, tantôt tendres qui composent trop souvent la trame de nos histoires communes…

 

Le poids de la conscience

«De quel enfant serions-nous faits pour ne jamais vibrer?

De quel enfant serions-nous père

Pour ne jamais, jamais aimer? (…)

De quel métal serions-nous faits pour ne jamais vibrer

Dequel enfant serions-nous père

Pour ne jamais aimer

Daniel Steff (Au momentd’être à vous)

« Nous sommes aussi malade que nos secrets »

John Bradshaw

Le diable pleure aussi

Ses tourments incompris

Et déverse son torrent acide

Sur nos visages mornes et livides

Épuisé d’être sous les projecteurs

Il se tortille de douleur

Et nous réclame quelques mois de clémence

De sainte paix et de vacances

Fini les disputes, les frictions

Les coups de gueule, les oppositions

Il en a marre des commérages

Des sermons, des copinages

Eh oui, le Diable pleure aussi

En rêvant d’un bref séjour au paradis

I

Je t’aimerai toujours

«  Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es »

Machiavel

Arès prend plaisir à noter et à compiler ses observations concernant le sexe opposé dans un fichier informatique. Il le fait avec une méthodologie presque scientifique;cartésienne et structurée. Et puis, n’est-il pas psychanalyste de profession ? Un spécialiste des labyrinthes tortueux de l’esprit.

On peut y lire les notes suivantes :

De toutes ces promesses futiles et accessoires que l’on déclame parfois intempestivement au nom de l’amour, pas une seule n’est plus sûrement trahie que celle-ci : « Je t’aimerai toujours » Pourtant, les femmes ne se lassent jamais de les attendre ces paroles volatiles. Et ce,qu’elles soient dites impudiquement au grand-jour ou encore dans l’antichambre close du silence. Les filles, espèrent ces mots avec un acharnement hors du commun, les revendiquent même, les marchandent à l’occasion, s’y piquent avec l’addiction des junkies. Elles s’y accrochent, comme un nouveau-né au sein de sa mère. Et plutôt que de capituler devant la cruauté de la vérité qui parfois leur éclate en plein visage, celles-ci, préfèrent croire en nos bonnes intentions, nous trouvant mille excuses pour justifier nos emportements intempestifs qu’elles souhaiteraient momentanés. Et même, les plus odieux. Tout leur semble plus tolérable que de s’avouer vaincues et de ne pas s’être montrer digne de la promesse clamée aux premiers jours.

Voilà comment mon analyse approfondies de ces vaines créatures a servit mes vils desseins.

À mes yeux, les relations amoureuses ne sont qu’un divertissement complexe et passionnant. Un jeu où irrémédiablement c’est le plus astucieux, le plus malin, et le plus impassible qui marque des points. En bout de ligne c’est lui qui remporte la victoire, celle contrôle total de son adversaire.

Les sentiments ne sont alors que duperies, de simples pions que l’on déplace ou qu’on négocie sur le grand échiquier de l’existence. La fin justifiant les moyens,il ne peut y avoir qu’un seul gagnant. 

Pour marquer des points, il me faut d’abord bien connaître mon adversaire, tout savoir, rien ne doit  lui échapper. Il est primordial de le connaître dans les moindres détails, de bien le cerner jusque dans ses moindres failles et dans ses pensées les plus intimes. Alors,seulement peut s’établir la plus efficace des stratégies afin miner notre victime et déclarer Échec et Mat.

Toutefois, cela demande un investissement total, donc plusieurs sacrifices dont du temps et quelques loisirs.

Pour y parvenir j’ai du m’abaisser à marcher dans leurs traces fréquenté leurs endroits de prédilections, feuilleter des centaines revues féminines ainsi que lire quelques-uns de leurs sordides romans à l’eau de rose. En plus, de me documenter à travers la littérature féminine et une multitude d’écrits traitant de la psychologie féminine, du couple, de la famille. La plupart d’ailleurs de ces instructifs ouvrages qui ont été écrits l’ont été par des hommes. Brillants ces messieurs, je dois bien l’admettre. Néanmoins, les plus intéressants à mon avis sont les textes revendicateurs et critiques de certaines de ces féministes castratrices qui sont en recherche de notoriété et d’une reconnaissance sociale, égale à la nôtre. Une utopie risible et frauduleuse…(à suivre)

Image: Natalia Deprina
Publié dans Nouvelles-Fiction, Psychosocial | Laisser un commentaire

Pensée du 20 novembre 2018

« Les sexes sont peut-être plus parents qu’on ne le croit ; et le grand renouvellement du monde tiendra sans doute en ceci : l’homme et la femme libérés de toutes les erreurs, de toutes leurs difficultés, ne se rechercheront plus comme des contraires, mais comme des frères et sœurs, comme des proches. Ils uniront leurs humanités pour supporter ensemble, gravement, patiemment, le poids de la chair difficile qui leur a été donnée»

Rainer Maria Rilke

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 19 novembre

Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 15 novembre 2018

[CITATIONS] Les leaders ne forcent personne à les suivre, ils les invitent à un voyage." CHARLES S. LAUER #Ecommerce #Kooneo #Leaders #Charlesslauer

Image | Publié le par | 6 commentaires

Vidéo du 11 novembre 2018

Publié dans Vidéo du jour | Laisser un commentaire

Citation du 8 novembre 2018

les plus beaux proverbes à partager : Triste réalité

Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 4 novembre 2018

A toi petite...

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

31 octobre 2018

 10268547_648671998537309_3784264948528858360_n

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

30 octobre 2018

Ton cœur est ta boussole - Atmosphère Citation

Image | Publié le par | 1 commentaire

Citation du 22 octobre 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 17 octobre 2018

Shape of the room & big windows

 » Je t’aime – cette parole est la plus mystérieuse qui soit, la seule digne d’être commentée pendant des siècles. »

Christian Bobin ; extrait de La plus que vive.

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Pensée du 8 octobre 2018

Photo de Z'Héro Déchet.

Dérangeons avec notre tendresse, dérangeons avec notre espoir de bienveillance et de non-violence!

« Dé-rangeons » ce qui est bien rangé, sous le manteau de l’indifférence, de la froideur, ou du déni. Soulevons le lourd tissus de nos peurs, de nos multiples couches de protections et de nos conditionnements, et laissons parler cette tendresse qu’on porte toutes et tous en nous, et qui se cache tout près, juste en-dessous…

« Dé-rangeons » pour la santé de nos forêts, de notre air et de notre eau, l’eau qu’on boit, celle des rivières et des océans!

« Dé-rangeons » pour toutes celles et ceux dont on ne tient pas assez compte, pour celles et ceux qui souffrent, pour les personnes âgées, pour les enfants, pour les familles qui peinent à arriver, pour celles et ceux qui s’épuisent à aider, ou qui souffrent de solitude, de nos jugements, de notre incompréhension ou de nos manques de considération…

« Dé-rangeons » pour les victimes de violence, pour celles et ceux qui souffrent de maladies mentales ou autres, pour les pauvres, pour ceux qui n’ont pas de voix, qui ne peuvent exprimer leur souffrance ou leur détresse…

« Dé-rangeons », avec notre espoir de bienveillance, pour ces grands oubliés, nos cousins animaux, sordidement devenus esclaves et malades de l’humain, victimes de violences telles qu’il est devenu extrêmement difficile de dénoncer ces réalités sans blesser la sensibilité des gens bienveillants et qu’on aime à qui on voudrait en parler, tant le propos de la violence qu’ils vivent est difficile à imaginer et même à accueillir.

« Dé-rangeons » nos idées, nos belles idées auxquelles on s’est attaché si fort que ça nous apporte peut-être un manque de liberté de mouvement…

« Dé-rangeons » nos vieux modèles, juste pour voir, et nos belles habitudes perpétuées sans penser à leurs impacts…

« Dé-rangeons » par amour, avec amour, avec toute notre bienveillance et notre tendresse, et osons regarder les choses avec un regard nouveau, un regard neuf, avec un coeur ouvert, juste un instant, juste pour voir…

Merci Isabelle Cyr

Publié dans Pensée du jour | 2 commentaires

Pensée du 7 octobre 2018

L’amour n’arrive pas trop tard, c’est nous qui nous dépêchons à vouloir le vivre avec les mauvaises personnes ! 

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

Publié dans Pensée du jour | Laisser un commentaire

Citation du 7 octobre 2018

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

La vie est un oiseau moqueur
Qui nous picore lentement le cœur
À coup de bec tout en douceur
Parfois se fait marteau piqueur !

© Elena Luz Martinez

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 6 octobre 2018

« Je suis une femme libre ? »

je le suis autant que je le peux, pas autant que je le souhaiterais. Il est une liberté à acquérir, intime et intemporelle, celle qui permet à la femme de se défaire des souffrances et interdits qui entravent sa vie d’adulte. La liberté se recrée à chaque instant, elle est mouvement infini.

Catherine Bensaïd

© Art Psicodigital Juan Brufal (image)

Photo de JE T'aime JE T'aime JE T'aime.

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 1 0ctobre 2018

Elfe de l'eau                                                                                                                                                                                 Plus

 

 » Le temps passé dans l’amour n’est pas du temps, mais de la lumière. « 
Christian Bobin ; La part manquante

Publié dans Citation du mois | Laisser un commentaire

Citation du 25 septembre 2018

ᴸᴱ ᴾᴼᵁᵛᴼᴵᴿ ᴱˢᵀ ˢᴱᵁᴸᴱᴹᴱᴺᵀ ᴰᴼᴺᴺᴱ ᴬ ᶜᴱᵁˣ ᵟᵁᴵ ˢᴼᴺᵀ ᴰᴵˢᴾᴼˢᴱˢ ᴬ ˢᴱ ᴮᴬᴵˢˢᴱᴿ ᴾᴼᵁᴿ ᴸᴱ ᴿᴬᴹᴬˢˢᴱᴿ | ᴿᴬᴳᴺᴬᴿ

 » Je veux tuer ce qui est mort pour faire vivre ce qui est vivant. Plus le monde sera noir et plus il aura besoin d’être éclairé »

Christian Bobin, La lumière du monde

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 20 septembre 2018

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

 

J’admire les êtres qui au fil tenu du temps savent tenir leur promesse comme la main d’un enfant !

Que votre vie soit douce 🙂

© Elena Martinez

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Haïku du 9 septembre 2018

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

Le ciel s’abeausit
d’un sourire ailé
L’âme se souvient.

© Elena Martinez, 2018

Publié dans Poésie humaniste | Laisser un commentaire

L’écoute active selon Jacques Salomé

Les obstructions à l'écoute. Écouter, c'est une habileté de communication qu'il faut pratiquer consciemment. leprogrammedire.ca

 

« Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Accorde-moi seulement quelques instants
Accepte ce que je vis, ce que je sens,
Sans réticence, sans jugement.

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Ne me bombarde pas de conseils et d’idées
Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés
Manquerais-tu de confiance en mes capacités?

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
N’essaie pas de me distraire ou de m’amuser
Je croirais que tu ne comprends pas
L’importance de ce que je vis en moi

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas
Voudrais-tu que ta moralité
Me fasse crouler de culpabilité?

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Ne te crois pas non plus obligé d’approuver
Si j’ai besoin de me raconter
C’est simplement pour être libéré

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
N’interprète pas et n’essaie pas d’analyser
Je me sentirais incompris et manipulé
Et je ne pourrais plus rien te communiquer

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Ne m’interromps pas pour me questionner
N’essaie pas de forcer mon domaine caché
Je sais jusqu’où je peux et veux aller

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Respecte les silences qui me font cheminer
Garde-toi bien de les briser
C’est par eux bien souvent que je suis éclairé

Alors maintenant que tu m’as bien écouté
Je t’en prie, tu peux parler
Avec tendresse et disponibilité
À mon tour, je t’écouterai  »

(Jacques Salomé)

Publié dans Psychosocial | Laisser un commentaire

Solitaire

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

© À l’auteur de la photo

Quelle île fabuleuse pourtant
Que celle qui glisse sur l’océan
Libre de toutes ses entraves
Délestée de nos câbles
Pour la retenir
Pour mieux l’asservir
La pensée en cavale
D’escale en escale

Une île insoumise
L’âme sauvage
Jamais conquise
Refusant l’esclavage
Des conquêtes intégrales
Dévoilant au ciel ses doux rivages
De sable blanc, de coquillages
Éprise du vent du large et d’idéal

Une île solitaire
Qui deviendra presqu’île
Bercée par les flots soyeux
Si dans ce tout ce bleu
Elle élit domicile
Souveraine de sa destinée
Sans drapeau pour la nommer

© Elena Martinez

Publié dans Poésie humaniste | Laisser un commentaire

Citation du 17 août 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Lettre aux malmenés de la vie

The smell after it rains, especially in the desert

Il n’y a pas de voies sans issues, jamais. Que ce soit un grand boulevard goudronné, une petite rue tranquille, une impasse, une route de campagne, un chemin en forêt, une piste dans le sable ou dans les pierres, toutes les voies mènent quelque part, même si ce n’est pas là où l’on voulait aller.
Je sais qu’aligner des mots qui peuvent paraître donneurs de leçons ne règle pas les problèmes des uns et des autres. La peste n’a jamais guéri personne du choléra.
À vous qui traversez un moment difficile, qui ne croyez plus guère en la vie ; à vous qui venez de trébucher sur le chemin que vous aviez choisi ; à vous qui vous vous demandez quoi faire de votre vie ou qui vous demandez ce que vous en avez fait ;
Je n’ai pas de réponses à vos questions, je n’ai que des mouchoirs à vous proposer pour sécher vos larmes, mes bras à vous offrir pour vous réchauffer, mon rire pour soulager votre cœur en peine, ma propre histoire à vous partager non pas pour vous dire : « j’ai aussi souffert », mais pour vous confirmer qu’on revient de tout.
À ceux qui se trouvent à la croisée des chemins, qui doivent bouleverser complètement le cours de leur vie pour construire une autre histoire, ou plutôt continuer leur histoire en choisissant une autre voie que la précédente ; à ceux que je connais et que j’aime et à ceux que je ne connais pas et qui souffrent pareillement ; à ceux que les guerres des Hommes amputent d’une partie de leur cœur ;
Je n’ai toujours pas de réponses, pas de solutions, juste ma conviction profonde que les montagnes se franchissent, les broussailles se démêlent, les rêves perdus se retrouvent même derrière le moindre gravillon du chemin. Même en plein désert il y a des fleurs qui poussent, Théodore Monod, entre autres, a pu en témoigner.
Pour reprendre une expression chère à Abdellatif Laâbi, il convient de reprendre notre bâton de pèlerin fidèle compagnon pour traverser une vie. C’est long et court à la fois, une vie. Elle a les couleurs de l’arc-en-ciel, les saveurs des fruits défendus ou pas (à chacun(e) ses convictions), les odeurs des fleurs et des Hommes, les rires des enfants d’ici et d’ailleurs … Elle renvoie aussi, en écho, les cris des souffrances d’ici et d’ailleurs ; les larmes des enfants des guerres …
La peste ne guérit pas du choléra, disais-je, et je sais que les malheurs des uns ne font pas les bonheurs des autres.
Tout compte fait, la vie est un énorme bouquet avec parfois des plantes nocives. Ce ne sont pas les plus nombreuses puisque nous sommes encore des milliards à peupler cette planète.
Qui que vous soyez, où que vous soyez, où que vous alliez …
Allez-y, sans vous retourner. Votre vie est droit devant vous et elle vous réserve certainement plus de rires que de larmes, plus de beau que de laid.
Belle route !

Merci Monique Delord

Publié dans Psychosocial | Laisser un commentaire

Citation du 14 août 2018

Photo de Éclats de vers (Elena Martinez).

J’ai besoin d’une main qui tienne ma main
Et au bout de tous nos chemins
encore et toujours se souvienne
de la mienne…

© Tous droits réservés, Elena Martinez

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Citation du 13 août 2018

soap-bubble-2013161_960_720

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Ma poésie

via Ma poésie

Citation | Publié le par | Laisser un commentaire

citation du 7 août 2018

240118

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 6 août 2018

human-1215160_960_720

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 2 août 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 3 août 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation 1 août 2018

Ce que la chenille appelle la mort, la papillon l'appelle renaissance. Violette Lebon | RENAÎTRE Le Monde s'Eveille Grâce à Nous Tous ♥

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 31 juillet 2018

Absence - deuil - carte virtuelle

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 30 juillet 2018

Faisons dérailler le train train du quotidien!

Faisons dérailler le train train du quotidien.

© Elena Martinez 2018

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Citation du 23 juillet 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 22 juillet 2018

12 Fonds d'écrans positifs et motivants - Pêche & Eglantine

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 19 juillet 2018

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Citation du 18 juillet 2018

Les batailles les plus importantes de la vie sont celles que nous menons quotidiennement dans les chambres silencieuses de notre âme!

David O. Mckay

Underwater Photography #underwaterphotography,

Publié dans Citation du jour | Laisser un commentaire

Citation du 16 juillet 2018

25 citations d'auteurs célèbres sur le bonheur, qui ouvrent nos yeux sur le sens véritable de la vie.

Image | Publié le par | Laisser un commentaire