Je T’attends

Les heures s’effilochent toutes en douceur

Moi, je t’attends

Elles déambulent dans l’oreillette de mon cœur

Je n’y peux rien, moi, je t’attends

J’ai inventé cent stratagèmes

Pour tromper mon impatience

J’ai dit mille fois je t’aime

Dans le plus mystique des silences

À l’arrondi serti d’une bedaine

Et par le hublot opaque de la peau

Je te devine sans même te voir

Mais je sais que tu seras beau

Car mes yeux attendris se feront le miroir

De toutes tes premières fois, en ce monde nouveau

Et aussi tes faux pas te conduisant à l’espoir

Que nos bras seront toujours là pour te recevoir

Tu es si loin, tu es si près, mon bel enfant

Pourtant, tu graveras ton prénom à toutes les pages de mon histoire

Car depuis la nuit des temps, moi, je t’attends

© Tous droits réservés, Elena Martinez

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Poésie humaniste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s