L’image de soi

Un texte d’Elena Martinez

« Le chemin est long pour tenter de clarifier et de réconcilier l’image que j’ai de moi, l’image que je voudrais que les autres aient de moi, l’image qu’ils ont de moi et l’image qu’ils voudraient que j’aie de moi… » Jacques Salomé

Pourquoi ne pas tenter d’adopter dès aujourd’hui une attitude plus douce vis-à-vis de soi ?

Pour progresser dans notre vie intérieure et cultiver tranquillement l’amour de soi, voici quelques prémisses qui vous permettrons de faire croître en beauté le jardin de notre image personnelle.

Pourquoi tranquillement ?

Tout simplement parce que c’est par un travail de longue haleine, voire de toute une vie. Mais la pratique régulière est vite payante: les grands voyages sont faits de petits pas…S’ACCEPTER

L’estime de soi va de pair avec l’acceptation de soi. S’accepter ne veut pas dire être exempt de tout désir de s’améliorer, d’évoluer. Cela veut tout simplement dire ne pas être en guerre avec soi-même. S’accepter imparfait, c’est augmenter sa liberté d’agir, de découvrir. Cette attitude nous permet de faire face efficacement aux changements, défis et difficultés du quotidien.

SAVOIR RECONNAÎTRE SES CROYANCES LIMITATIVES

Habituellement, parce que nous voulons bien faire, nous en arrivons parfois à déraper et à perdre notre lucidité, nous percevons l’environnement plus exigeant ou compétitif qu’il ne l’est en réalité.

Les émotions négatives (colère, inquiétude, tristesse) sont alors souvent au rendez-vous.Parfois même, nous nous malmenons. « Je ne suis pas assez bonne. » « Je suis trop vieille pour faire ceci ou cela. », « Je n’y arriverai jamais. », etc. Pour progresser, il est primordial d’évoluer dans un climat de tolérance. Cela ne conduit nullement à la complaisance ou à la médiocrité, mais à davantage de motivation et de curiosité.

De plus, n’oubliez pas non plus qu’une pensée positive vaut 100 pensées négatives… alors, compensons et arrosons-nous allègrement de pensées positives!

S’AFFIRMER

« Alors que l’estime de soi est un travail tout intérieur qui s’effectue sur l’image de soi, sur son dialogue intérieur et sur son senti, l’affirmation de soi est « l’expression » de ce travail intérieur sur son entourage » rapporte le psychologue Jean Monbourquette.

Mais une fois qu’une personne s’estime dans son for intérieur, comment doit-elle s’y prendre pour communiquer à son entourage l’appréciation d’elle-même qu’elle a développée? Voici quelques activités et attitudes qu’il propose:

Entretenir en nous-mêmes une image corporelle positive;

Apprendre à avoir une posture confiante et détendue en groupe;

Apprendre à apprécier nos comportements en public (par exemple, pouvoir se mouvoir et parler en public);

S’exprimer et nous sentir capables de donner notre opinion avec courage;

Se dégager des peurs d’être rejeté par notre entourage;

Savoir régler nos conflits d’une manière créatrice.

Certaines personnes souffrent plus qu’un manque de confiance en soi. L’anxiété sociale fait légion dans notre société. Le principal symptôme de cette dernière consiste à redouter à « l’extrême » le jugement d’autrui. À cela, s’ajoutent des problèmes d’estime de soi. En fait, l’anxiété et une faible estime de soi sont intimement liées et entraînent bien souvent chez l’individu anxieux la peur de ne pas être à la hauteur. (Si les émotions d’anxiété et de honte sont trop fortes, mieux vaut prendre contact avec un psychothérapeute).

S’AIMER ET SE RESPECTER

Comme l’exprime si bien Jacques Salomé, pour s’aimer, il semble important de ne pas avoir été élevé à partir d’injonctions, de disqualifications, de chantages, de menaces, de comparaisons ou de culpabilisations, mais plutôt à partir d’une relation qui permettrait et favoriserait l’échange en réciprocité, dans la tolérance des vécus différents, dans l’apposition et la confrontation plus que dans l’opposition et l’affrontement.

Ne pas se dévoiler complètement présente de nombreux bénéfices : modestie, réserve, respect d’autrui. Mais aussi des inconvénients : le risque d’être mal compris, que la prudence soit assimilée à de la froideur, de l’indifférence ou de la passivité, et de vous sentir frustré à force de laisser passer des opportunités.

La protection de soi est nécessaire lorsque nous nous retrouvons dans un environnement hostile et dur, mais ne doit pas nous empêcher d’évoluer. Prenons le temps de réfléchir à nos fragilités. Non pas pour nous inquiéter, mais bien pour les apprivoiser et cultiver notre lucidité sur nous-mêmes et notre environnement.

S’ÉQUIPER DE RÉSILIENCE FACE AU PASSÉ

Bonne ou mauvaise, l’estime de soi est-elle un héritage? Oui. Nous sommes plus ou moins bien lotis au départ, selon le niveau d’estime de soi de nos parents, l’amour et le soutien que nous avons reçus. Nous avons la capacité de surmonter nos blessures : c’est la résilience. Ce qui compte, ce n’est pas d’avoir une grosse estime de soi comme on aurait une grosse voiture, mais de piloter intelligemment. Nous pouvons avoir une estime de soi vulnérable et bien vivre, en composant avec nos doutes, nos limites.

Chantez, dansez, souriez, relativisez et tentez de développer le sens de l’humour.

Exercice:

Est-ce que j’ose affirmer chacune de mes réalités (besoins, valeurs, croyances, pensées, émotions) devant les personnes dont l’opinion m’importe ou pourrait m’importer ? (Ceci inclut naturellement les personnes que nous admirons, celles auprès desquelles nous voudrions être estimés ainsi que celles qui ont une position d’autorité face à nous.)

Nom: ____________________ Oui/ Non

Nom: ____________________ Oui/Non

Nom: ____________________ Oui/ Non

Nom: ____________________ Oui/ Non


Références : Salomé, Jacques, Des choses à vous dire, Les Éditions de l’Homme, 2016Monbourquette, Jean & Al, Stratégies pour développer l’estime de soi et l’estime du soi, Novalis 2013

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Psychosocial. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s