Zénitude!

Mon esprit plane bien au-dessus des nuages

Contemple de haut, le grand tableau du paysage

En suspend, sur l’aile légère du vent

Loin des orages fougueux et des tourments

L’azur garde à vue tous ses moutons

Boules de coton qui s’effilochent à l’horizon

Tout devient rayonnant et si clair

Lorsque l’écheveau du ciel tisse sa lumière

Je perçois de douces vagues rimailler à l’unisson,

Les cœurs éblouis de tant de beauté s’émeuvent

Des coulées de larmes se déversent et pleuvent

A genoux j’invoque le ciel, des prières et des oraisons

Sous l’ombre gaie des palmiers, les jets d’eau frémissent

Le silence rêveur se distrait, nous entraîne éperdument

Vers ce soir charmant qui tombe et danse passionnément

Des flots incessants de lueurs Jouissent et s’épanouissent

Dans les sentiers, les galets méditent, éparpillés

Formant un jardin singulier de paix et de sérénité

Les fleurs champêtres clament au soleil leur béatitude

Et courbent leurs corolles vers la terre en signe de gratitude

© Elena Martinez & Mohammed El Qoch

A quatre mains

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Poésie humaniste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s