Du 22 Mars au 30 Mars, un séjour au pays des épices, du soleil et de la poésie, le Maroc!

Après six heures et trente minutes de vol, le Royal air Maroc dans lequel j’ai pris place atterri à Casablanca. Le soleil est au rendez-vous. L’accueil chaleureux des personnes qui m’attendent comme une invitée de choix voire une princesse des contes de mille et une nuit…

Première escale de ce périple un arrêt poétique à Marrakech. Marrakech ville de tous les contrastes, ancienne cité impériale de l’Ouest du Maroc est une ville abritant des mosquées qui appellent aux prières, des palais royaux et des jardins somptueux. Dans ce cadre enchanteur s’élève un mur, un rempart, séparant la nouvelle partie de la ville de l’ancienne, une cité médiévale, la Médina.  La misère dévoilée y côtoie la richesse déployée pour les touristes.   

Atterrissage dans la campagne de Casablanca à l’aéroport international Mohammed V
Campagne de Casablanca

La Médina

La Médina avec ses allées entremêlées tel un labyrinthe aux couleurs de terre cuite par le soleil, où les souks (marchés publics) sont animés par des vendeurs colorés et persuasifs. Des artistes du négoce et l’art du marchandage. Nous pouvons y retrouver des étales improvisés et branlants crouler  sous le poids des étoffes, des poteries, des théières en étains, des babouches, des bijoux traditionnels, des caftans et des djellabas, des épices et herbes des médicinales  mais également de la nourriture exposée plus longtemps que ne le suggérait les normes d’hygiène et salubrité du Québec. Nous pouvons y voir des poulets suspendus à leur crochet, des pains plats et autres douceurs typiques, plus sucrées les unes que les autres qui attirent autant les enfants, les grands que les abeilles (des essaims au grand complet) qui butinent le glaçage en sucre des mille-feuilles comme si ce fut le nectar de fleurs. Toutes ces odeurs se fondent les unes dans les autres pour n’en faire qu’une qui nous enveloppe. Des effluves d’épices, de sucre et de musc.  Cependant, parfois à l’improviste une senteur nauséabonde est portée par le vent, une odeur de poisson, je souris car j’ai l’impression de me retrouver dans une BD d’Astérix et de son vendeur de poisson, Ordralfabétix. Moi qui adore le poisson, je me suis promis de m’en tenir loin durant ce séjour. Toutefois, ce qui m’a fasciné le plus ce sont les habitants, hommes, femmes, enfants, jeunes et vieux parfois même des familles entières, chevauchant à vive allure et frénétiquement leur mobylette, bicyclette, scooter  dans les ruelles étroites et sinueuses de la cité, klaxonnant à qui mieux mieux aussi bruyants que des abeilles qui tourne en rond inlassablement bzzzzzzz…Ce son a imprégné mon cerveau si bien que j’e ai rêvé la première nuit, dans le confort princier de ma couche au Riad Ben Tachfine.

Une mosquée
La ville de Marrakech
Le Bzzzzzzzzz
Au bout de ce tunnel une splendide Riad
L’entrée de la Riad

Le Riad Ben Tachfine, un joyau dans l’écrin de la Médina. Ce n’est pas un hôtel mais plutôt comparable à un gîte du passant luxueux. La beauté y est partout et l’hospitalité de ses hôtes irréprochable et que dire de la cuisine, un pur délice. J’ai pu m’y régaler, de crêpes aux mille trous, de confitures, de miel, de tajine, d’une délicieuse salade d’aubergines et de délicieux thé à la menthe très sucré servi selon un rituel ancestral. Pas étonnant que les maghrébins aient la dent sucrée quand on voit la grosseur de leurs carrés de sucre…Ici le « sukair » coule à flot!

Riad Ben Tachfine
Le couscous du vendredi

Le jardin de Majorelle, un lieu enchanteur ou le bleu est à l’honneur!

Ce jardin somptueux fut acheté par Yves Saint-Laurent dont c’est la couleur préférée…

Le bougainvillier que l’on retrouve à profusion au Maroc!
Des orangers partout…il n’y a qu’à tendre la main !
Le pays des palmiers et des cactus.

RABAT (la capitale), sa Kasbah et sa marina, Salé…Salé la ville des pirates!

Rabat, la ville des ambassades et des instances gouvernementales mais aussi celle du Roi…Le 30 mars dernier toute la ville se faisait une beauté pour recevoir sa sainteté le Pape François le bien-aimé et ce même si la population est majoritairement musulmane.
La Kasbah (l’ancienne ville de Rabat)
De toute beauté!

Qu’y-a-t-il derrière ces portes et ces murs…
Des ruelles bleues et blanches…Il parait que le bleu éloigne les moustiques…Ici un coin de paradis!

Des allures du Portugal
La plage
Du bleu à perte de vue…
Des couleurs à profusion dans le Kasbah
Mon coup de coeur!
La marina de Salé
Ici les chats sont malingres et vivent un peu partout!

On prépare l’arrivée du Pape François!

http://www.rfi.fr/afrique/20190331-maroc-grande-messe-pape-francois-rabat

Sécurité oblige !

8 cavaliers et leur magnifiques montures relaient deux par deux et font la garde !


Avant de retourner à l’Aéroport, je déguste un Tajine de poulet accompagné d’un dernier thé à la marocaine bien sucré et parfumé à la menthe à l’extérieur…un moment de pur bonheur !
Me revoilà à l’Aéroport de Casablanca, le cœur plein de bonheur, les yeux de bleus et l’âme plus légère !
Merci à mes hôtes, merci à la poésie qui n’a jamais quitté mon regard et qui me fait apprécié les plus simples des choses bien au-delà de sa surface!

Elena Martinez, tous droits réservés

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s