Citation du 2 novembre 2017

 

11888055_806990256080274_7686170091601712763_n

LA FÉLICITÉ.

On ne peut pas être heureux sans y travailler durement. La félicité ne consiste pas à se tenir à l’abri du mal — ça, c’est être épargné —, elle débute après les coups. Subir un bombardement de violences, de déceptions, d’insultes, de félonies, de deuils, et néanmoins sourire, savourer… Il faut insérer la douleur dans la trame de nos jours. 

Or, s’appliquer au bonheur ne suffit pas. Pas seulement parce que la vie s’obstine à blesser, mais parce que le bonheur réside dans le silence de la pensée. Être heureux résulte justement de ne plus se demander si l’on est heureux, le ravissement venant de la disparition des questions. Comme le sucre fond dans l’eau, inquiétudes, doutes, interrogations se dissolvent dans l’euphorie. La béatitude se montre une faveur, laquelle dépend de nos préparations, mais s’en échappe, telle la grâce d’une danseuse ou d’un pianiste. De même que les exercices ne donnent pas le génie mais y contribuent, la sagesse ne procure pas le bonheur mais le prépare.

(Plus tard, je serai un enfant – Éric-Emmanuel Schmitt)

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Citation du jour. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s