La passagère

20604208_1595747437163089_8764433678858412072_n

LA PASSAGÈRE

Pourquoi froisser
Le satin d’un rêve?
La nuit est trop brève
Le jour aux aguets
Et l’âme indocile
Dans son domicile
De chair et d’os
Sa Terre d’exil
Un absolu tissé de lambeaux
Courtepointe de vie si fragile

Comment survivre
À tant de meurtrissures?
Aux heures futiles
Dans ce corps
Bien trop étroit
En quête d’aventure
Têtue, elle garde le fort
Prête à livrer l’ultime combat
L’Amour vaut-il tant d’efforts
Pou n’en récolter que quelques émois ?

Pour qui dis-moi belle passagère
As-tu choisi de naître mortelle ?
De cultiver les fleurs du mystère
Au vaste jardin de l’éternel
Traversant une tempête d’émotions
Désillusions, de remises en question
Pour quelques instants de frissons
D’un fou vertige et autant d’illusions
En saurai-je un jour la vrai raison
Allons ne fais pas la sourde oreille et répond ?

© Elena, Martinez

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Poésie humaniste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s