L’écrit de l’âme !

Au-delà de la chair que Dieu sculpta
Derrière le sombre, noir obscur qui gît
S’abrite la lumière étincelante 
Âme sereine, douce et charmante
Sous le poids des ans pesant
Sans remords et sans soupirs
Quitte sa tombe de chair, l’exil
Sa dernière demeure

Secoue ses habits de poussières et d’argile
Ouvre grande sa cage et s’envole
Légère se laisse emporter par la brise
Escortée par des anges bienveillants
Fascinant et mystérieux visage
Sans âge, vers cet azur si beau
Elle voyage au-delà de ce corps boueux
Lisse ses ailes translucides

Culbute et s’élève au dessus du vide
Fortunée et libre comme l’air
Devant l’aventurière s’ouvre l’infini
Tombent les masques, tombent les barrières
La terre est un vaste pays
Où s’estompent les frontières
La terre est un cœur immense
Où l’amour ressuscite

 

16807517_1296336393777324_312273170583189795_n

© Elena Martinez et Mohammed El Qoch

Poème à quatre mains

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Poésie humaniste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s