La résilience professionnelle

klee-1949981_960_720« J’ai appris à transformer le malheur en épreuve. Si l’un fait baisser la tête, l’autre la relève.» 

Catherine Enjolet

Selon la revue psychologie la résilience est la capacité pour un individu à faire face à une situation difficile ou génératrice de stress. En psychologie, le concept de résilience ou « l’art de naviguer entre les torrents » a été introduit par son précurseur, le neuropsychiatre, Boris Cyrulnik dans les années 90.

La résilience se compose donc d’un équilibre entre, d’une part le stress et les difficultés et, d’autre part, la capacité de faire face à la situation et la disponibilité d’un soutien. Toutefois, lorsque les sources de stress excèdent les facteurs de protection de l’individu, même les individus qui ont fait preuve de résilience antérieurement peuvent se sentir dépassées par de nouveaux événements qui se présentent dans leur vie.

La résilience c’est également un processus d’auto guérison et de résistance aux maladies, et en particulier face aux maladies mentales. Cependant, sans un bon réseau social, il n’y a pas de possibilité de résilience.

Comme le raconte la psychiatre Isabelle Ferrand dans une interview, c’est la rencontre de l’auteur-compositeur et interprète, Brassens, avec son instituteur qui fut déterminante. Cet enseignant mit en lumière le potentiel créatif de Brassens ce qui l’influença a quitté sa trajectoire de délinquant et l’influença à rentrer dans une trajectoire que tout le monde lui connait aujourd’hui.

Quant à Jean Garneau, psychologue, il indique que la réalité de la résilience est une notion universelle et transcende les cultures et les types d’organisation sociale.

Chez les personnes résilientes la créativité peut être présente avant un « traumatisme » mais presque toujours elle prend une ampleur beaucoup plus importante après les situations difficiles. Voilà ce que nous dévoile Cyrulnik dans ces divers écrits sur ce thème. Selon ce dernier, notre histoire n’est pas notre destin. Ce qui est écrit ne l’est pas pour longtemps. Ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera plus demain, car les déterminismes humains sont à courte échéance. Nos souffrances nous contraignent à la métamorphose et nous espérons toujours changer notre manière de vivre.

résilience-Boris-Cyrulnik-citation (1)

 

 Concepts fondamentaux  de la résilience

  • Les facteurs de risque

 

  • Les facteurs de protection

 

Les facteurs de risque correspondent à des vulnérabilités et obstacles temporaires que peuvent rencontrer les individus dans l’environnement dans lequel ils évoluent ainsi que certaines caractéristiques intrinsèques aux individus, par exemple la précarité d’emploi, les fins de contrats, la perte d’estime de soi.

Les facteurs de protection incluent les compétences, les traits de la personnalité et les mécanismes de soutien ambiants qui contribuent à la résilience.

 

Facteurs de protections dans le secteur professionnel

Les facteurs individuels:

  • Sentiment de compétence personnelle
  • Capacité à planifier
  • Autonomie
  • L’estime de soi
  • Créativité
  • Idéalisme
  • Altruisme
  • Empathie
  • Esprit critique
  • Flexibilité
  • Maturité
  • Capacité d’introspection
  • Capacité de distanciation
  • Sentiment d’utilité
  • Capacité de se projeter dans l’avenir
  • Capacité de se distancer face à un environnement perturbé
  • Confiance en autrui
  • Compétence sociale
  • Compétences cognitives (réussite scolaire ou professionnelle)
  • Capacité de résoudre des problèmes
  • Optimisme, sens de l’humour
  • Les intelligences multiples
  • Capacité de faire face au stress
  • Capacité à chercher un soutien (demande d’aide)
  • Perception d’une relation positive avec un adulte

 

Les facteurs de soutien social:

  • La présence de personnes aidantes
  • Membres de la famille étendue
  • Solidarité avec les pairs significatifs
  • Des milieux de soutien qui favorisent l’autonomie, la responsabilité et le contrôle
  • Réseau social

 

Résilience et développement socioprofessionnel

Voici les étapes du processus de résilience dans le cadre d’un développement socioprofessionnel qui peuvent influencer positivement.

  1. Croire en soi

 

  1. Se connaitre

 

  1. Saisir les opportunités d’emploi et d’apprentissage

 

  1. Développer ses aptitudes au travail

 

  1. Prendre des décisions et planifier

 

  1. Trouver ou créer des occasions de travail ou d’apprentissage

 

  1. Gérer la transition, le changement et le développement personnel

Parmi les principaux facteurs de résilience visibles tout au long du processus de développement professionnel, on retrouve :

  • Le sentiment d’être utile
  • La responsabilité personnelle
  • Le fait d’aspirer à se réaliser et à atteindre ses objectifs
  • Des attentes élevées quant à la réussite, de l’optimisme, de l’espoir quant à la réussite de sa vie
  • Une perception réaliste du milieu dans lequel on évolue
  • Une attitude proactive (résolution de conflits, aptitude à planifier, travail en équipe, bonne communication, discours intérieurs positifs
  • La flexibilité face aux imprévus et certains événements de l’existence

 

En effet, les milieux de travail actuel subissent des changements de plus en plus fréquents, et certaines personnes n’arrivent pas à s’ajuster à ces changements. L’absentéisme croissant est un indicateur de cette réalité. De plus, le taux d’absentéisme dû à des questions de santé mentale augmente d’une manière vertigineuse chez les jeunes travailleurs selon l’Association canadienne de santé mentale.

 

Comment améliorer votre Résilience naturelle

Plusieurs éléments peuvent nous aider à gérer plus efficacement des situations qui sont sources d’anxiété. Ils améliorent notre résilience naturelle.

Voici quelques pistes pouvant vous aider à augmenter votre résilience naturelle dans les moments difficiles.

  • Prenez le temps de rencontrer les autres
    Les personnes qui maintiennent des contacts fréquents avec leurs familles et leurs amis tendent à mieux faire face en périodes de détresse. Passer du temps  de qualité avec sa famille et ses amis crée un sentiment d’appartenance et de partage, et entretient un réseau de soutien pendant les périodes difficiles.

  • Devenez un expert de la situation
    Si vous avez une parfaite connaissance du pourquoi et du comment des événements qui se produisent, vous pourrez prendre de meilleures décisions. Cette connaissance vous aidera également à neutraliser les peurs démesurées qui souvent assaillent devant l’inconnu.

  • Parlez de vos sentiments avec vos proches et des intervenants du milieu
    Chacun d’entre nous éprouve de temps à autre le besoin de se décharger des angoisses qui s’accumulent pendant ces périodes difficiles. Saisir les occasions de parler de notre ressenti est une soupape à nos tensions et nous permet de fonctionner de nouveau normalement. De plus, nous avons souvent la surprise de constater que les autres réagissent comme nous. Cette découverte nous permet de partager le fardeau des idées et des doutes qui nous assaillent avec une personne de confiance proche de nous.

 

  • Entretenez votre forme physique
    Il y a un lien démontré entre la façon de se nourrir, la condition physique, et le stress. Les situations de stress puisent dans nos forces physiques et les amoindrissent avec le temps. Le résultat évident est un état de fatigue et de maux et douleurs. Se prendre en charge du point de vue de notre état par une alimentation saine, de l’activité physique et suffisamment de sommeil, tous ces facteurs donnent au corps l’occasion de reprendre des forces et réparer les dommages causés par le stress.

 

  • Exercices de relaxation
    La pratique quotidienne d’exercices de relaxation ou de visualisation positives peuvent vous aider à surmonter les tensions et le stress du quotidien. Plus cette pratique est régulière plus vite votre corps apprend à se relaxer et à garder son équilibre naturel. Cela aura un effet direct sur votre humeur et tranquillité d’esprit. Essayez de pratiquer ces exercices une ou deux fois par jour, pendant quelques minutes à chaque fois.

 

  • Gardez vos habitudes journalières
    Ne pas abandonner vos habitudes journalières démontre à vous-même comme au monde extérieur que rien ne peut vous entamer ou vous effrayer. Déclarer que vous continuez à vivre et espérer comme auparavant est la chose à faire, quels que soient les obstacles rencontrés.

 

  • N’oubliez pas votre sens de l’humour
    Le rire nous donne à voir le bon côté des choses, et nous permet de sortir de situations angoissantes ou stressantes. Pratiquer l’humour nous aide à garder une bonne santé physique et à trouver des solutions créatives devant nos difficultés.

 

  • Aider ceux qui sont en détresse
    Engagez-vous dans le bénévolat et œuvrez pour les autres. Des recherches en psychologie montrent que les gens qui donnent d’eux-mêmes sont plus stables, plus à même de gérer des situations stressantes. Le simple fait de savoir que nous comptons pour quelqu’un nous motive à ne pas abandonner, ou à ne pas sombrer dans le désespoir.

 

  • Pratiquez votre passe-temps favori
    Ménagez-vous du temps tous les jours pour faire quelque chose que vous aimez : du sport, dessin/peinture, marcher ou toute autre activité que vous aimez, afin de libérer les tensions ; et rappelez-vous que même si le quotidien devient difficile à vivre il y survient des moments de joie qui font que la vie vaut la peine d’être vécue.

 

  • Espoir et Optimisme
    Faites l’effort de voir le bon côté des choses et la lumière au bout du tunnel. Il y a toujours des moments lumineux d’humanité au beau milieu d’une situation très sombre.

cf326dafaf7c8d453db86ff9aa329fc4

À retenir

 

  • Le concept de la résilience professionnelle est un outil pertinent dans le marché de travail actuel. Dans la plupart des théories du développement de carrière, on retrouve des liens probants avec la résilience et un maintien en milieu de travail.

 

  • Différents concepts sont associés à la résilience : compétences sociales, cognitives, comportementales et estime de soi.

 

« Je ne crois plus à un monde parfait ni aux lendemains qui chantent pour tous, mais je crois encore en mon pouvoir d’en construire un petit bout : en fait, je crois pouvoir réveiller chez ceux que j’aime un peu de cette possibilité d’exister autrement… »

Jacques Salomé

12916206_1107129406016536_1613335930712928130_o.jpg

 

Source d’inspiration :

Un merveilleux Malheur et Les vilains petits canards de Boris Cyrulnik, Éditions Odile Jacob.

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Psychosocial. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La résilience professionnelle

  1. Sana dit :

    Excellent article. Merci

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s