La résilience (Boris Cyrulnik)

Faut-il mettre un mouchoir sur sa souffrance pour la surmonter ?

Boris Cyrulnik :

Non, se mettre des œillères reviendrait à entrer dans le déni, qui bloque l’évolution. Il faut parvenir à ne pas se considérer comme une « victime », mais comme une « blessée de l’âme ». Dans « victime », il y a quelque chose de figé : on démissionne, on se laisse abattre. Se considérer plutôt comme une « blessée de l’âme », c’est reconnaître qu’il y a eu un coup, mais qu’il y aura un « après-coup ».
http://www.aufeminin.com/…/boris-cyrulnik-resilience-d4839x…

aaeaaqaaaaaaaahvaaaajdmzmdc3y2exlwvkodatngixyy05mdq1ltk1yjiwndllnmqyyg

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s