La violence dans tous ses états-Deuxième partie

EN MILIEU ORGANISATIONNEL

images (14)

Image google

« J’ai vu des corps pleurer en silence, crier sans voix, hurler sans son, mourir pour renaître »

Marie-Lise Labonté

Comme l’exprime si justement Marie-France Hirigoyen, psychologue, thérapeute familial, victimologue et auteure:

« Dans la vie, il est des rencontres stimulantes qui nous incitent à donner le meilleur de nous-mêmes, il est aussi des rencontres qui nous minent et qui peuvent finir par nous briser. Un individu peut réussir à en démolir un autre par un processus de harcèlement moral. Il arrive même que l’acharnement se termine par un véritable meurtre psychique. »

Le harcèlement au travail est multiforme, mais on peut le repérer à l’apparition de certaines constantes. L’objectif même de l’organisation sociale dans laquelle vit l’agresseur et la victime est dénié, au profit d’une autre finalité innommable qui se réalise grâce à l’emploi de manœuvres de déstabilisation, voire de destruction, intentionnelles de la part de l’agresseur.

Réalité de la victime de violence psychologique : Quand la réalité dépasse la fiction.

Scénario possible :

Une adjointe administrative est employée depuis plus de quinze ans pour la même entreprise. Sa compétence est reconnue, elle gère l’ensemble du parc informatique. Un changement de direction entraîne une politique différente de l’entreprise. Craignant que la direction de son service soit remise en cause, le supérieur de cette personne lui demande un surcroît de travail. Pendant trois ans elle travaille douze par jour, emporte des dossiers chez-elle la fin de semaine. Un accident de la route dû à la grande fatigue l’oblige à s’arrêter pendant quatre mois. Au retour, son chef ne lui adresse plus la parole, son bureau est vidé, des dossiers lui sont retirés. Ses collègues l’évitent. Après six mois de ce traitement, elle fait une dépression, ce qui a pour conséquence un nouveau congé de maladie de plusieurs mois. Quand elle revient, cette fois son bureau est mis dans un couloir, on lui retire le téléphone, elle est exclue de toutes les réunions. Deux mois après, elle démissionne.

Nonobstant les procédés employés, ce qui est remarquable, c’est la constance et le caractère de plus en plus complexe et systématique de leur utilisation. Selon la chercheuse Monique Samson, 70% des « burnout » découlent d’une forme ou d’une autre de violence psychologique qu’elle nomme la « psychoterreur ».

Par exemple, l’agresseur rend la vie difficile à ceux ou celles qui sont en mesure d’effectuer mieux que lui-même un travail, il donne des ordres sur un ton autoritaire, il n’accepte d’autre manière de faire que la sienne et il punit l’autre en la critiquant constamment ou en lui retirant ses responsabilités pour cause d’une prétendue incompétence.

De plus, il est à noter que la perte de reconnaissance sociale, la privation de la communication et l’exclusion vont produire leurs effets et miner silencieusement et en profondeur la personnalité de la victime. En fin de parcours, si la situation se prolonge au-delà de la capacité de la personne à la gérer, il ne s’agit plus que de survie, de ne pas « y laisser sa peau » et de prendre des décisions sans égard pour ce qu’on délaisse ou brise, du côté de son image de soi et de sa socialisation.

Voici quelques prédispositions à devenir une victime de violence psychologique :

  • La personne consciencieuse qui a tendance à se culpabiliser facilement
  • La personne qui a une faible estime d’elle-même et qui manque de confiance
  • Les femmes; femmes enceintes, les femmes plus âgées
  • Une personne qui se dévoile facilement et donne des informations personnelles

À suivre…

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Psychosocial. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s