Faire une pause !

“Comparé à ce que nous possédons en nous-mêmes, tout ce qui se trouve derrière ou devant nous est minime »

Oliver Wendell Holmes

50-citationspositivespourunespritplusserein-19-728

 Dans la vie, le trajet le plus long est celui qui relie la tête au cœur et selon les scientifiques, il n’en mesure à peine que quarante-cinq centimètres du premier point au deuxième. Et pourtant, combien de temps par jour prenons-nous pour faire cet arrêt essentiel en soi. Cette pause pour réaliser le pouvoir de chacune de nos actions, de nos paroles et de nos pensées sur notre devenir, notre avenir.

Cette tournure métaphorique de la tête et du cœur a souvent été empruntée pour parler de nos ressources intérieures les plus importantes et utiles. Et ces deux dimensions comme l’exprime Eric Allenbaugh, spécialiste en gestion des entreprises, lorsqu’elles sont cultivées par la conscience et reliées entre elles, nous permettent d’accroître nos compétences (la tête) et notre aptitude à aimer et à être aimé (le cœur).

En effet, lorsque nous employons de façon maximale ces deux ressources, nous visons un degré plus grand d’épanouissement. Toutefois, il arrive fréquemment pour la plupart d’entre nous que ces éléments ne soient pas en lien étroit, ce qui nous fait passer à côté de ce qui se passe en nous ou ce qui nous empêche d’interpréter de manière adéquate les signaux d’alarme que souvent l’un et l’autre tentent de nous faire parvenir.

Ceux qui vivent en se servant exclusivement de leur dimension intellectuelle ont tendance à voir le monde à travers une lentille objective pourvu qu’une totale objectivité puisse exister. Ils considèrent les choses selon une approche logique, systématique et rationnelle. Ce monde en noir et blanc que perçoit le cerveau gauche est, croient-ils tout à fait tangible. Alors que faisons-nous des émotions, des sensations, des sentiments qui sont de l’ordre de l’intangible.

Christian Bobin, écrivain, philosophe et poète a exprimé dans son écrit, La lumière du monde :

« D’ailleurs, les scientifiques me font rire : ils vont déréaliser le fauteuil sur lequel je suis assis, jusqu’à le réduire à un assemblage d’atomes, mais si on se risque à leur parler de l’invisible, ils vous perçoivent comme un barbare. Ils veulent bien qu’il y ait un mystère par en dessous, mais pas par au-dessus. »

Combien de lacunes engendre  chez nous cette vision myope.

Quant à ceux qui vivent qu’avec le cœur, la perception qu’ils ont du monde passe par une optique subjective qui malgré eux se base tout de même sur certains faits objectifs. Ils s’arrêtent pour ressentir les événements d’une façon impalpable. L’accent est mis de préférence sur les sentiments, sur l’intuition et sur leur « voix intérieure ».

C’est alors que cet hémisphère droit haut en couleur doit gérer les jugements, les interprétations.

Ces dans la juste combinaison du cœur et de la tête, que nous évoluons. La tête et le cœur représentent des ressources primordiales et nécessaires pour régler les questions qui se posent au cours de notre existence.  Si nous souhaitons vivre intensément, nous ne pouvons-nous permettre de ne pas nous attarder sur l’un comme l’autre. Ce sont deux dimensions indispensables afin de maintenir un équilibre. Et le fait de marquer une pause nous ouvre l’accès à ces deux ressources que constituent l’intellect et l’émotionnel. Car la pause  n’est pas seulement un intermède dans le temps, mais un processus conscient qui nous amène à faire le calme en nous et nous permet de demander l’avis de nos « conseillers internes ». Ce mécanisme comme l’exprime Eric Allenbaugh bouche temporairement l’accès aux stimuli extérieurs, de même qu’à nos bavardages intérieurs, pour ainsi favoriser la liaison entre la tête et le cœur.

L’introspection, pratiquée consciemment, contribue à créer un plus grand nombre de possibilités. Car nous ne pouvons perdre de vue que si nous nous abstenons de décider par nous-mêmes, d’autres s’en chargeront à notre place.

Cette liaison entre la tête et le cœur concerne autant les individus que les organismes. Il est essentiel de faire régulièrement des pauses pour faire le point et continuer avec plus d’assurance vers nos objectifs.

76f31165bde21ddc9ecdd86aa94c70c2

Règle de vie selon Jacques Salomé :

Osez être à l’écoute de votre personne, dans le respect de ce que vous êtes, c’est le seul chemin pour rencontrer le meilleur de vous-même. Rassurez-vous en prenant appui sur le meilleur de vous et de l’autre quand ce dernier est proche de vous.

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Psychosocial. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s