Comment nommer?

« Votre premier amour est toujours présent, toujours là, et il continue de façonner votre vie. Je vous invite à méditer cela. Quand je l’ai rencontrée, ce n’était certainement pas la première fois que nous nous rencontrions. Sinon, comment cela aurait-il pu arriver si facilement. »

Thich Nhat Hanh

Elles habitent au plus profond de moi, ces émotions, qui ne peuvent se traduire par la simple présence des mots, car ces mots n’ont pas cours dans le grand dictionnaire de l’existence.

Comment nommer alors, dis-moi?  Comment définir une inflexion de l’âme, un souvenir originel? Comment dire une parcelle silencieuse de soi? Cette part à la fois douce et pleine que douloureuse et vide? Comment exprimer l’inexprimable? L’indicible. Et cela, même si nous cherchons tous désespérément à traduire, à définir, en attente d’une compréhension véritable qui saurait peut-être nous alléger de cette impression douce-amère nous ramenant inéluctablement à notre réalité terrestre.

Sans compréhension, l’amour n’est pas le véritable amour [dans le sens le plus pur de l’amour, je ne crois pas que nous parlions ici du seul sentiment amoureux, qui n’en est qu’une infime partie]. Vous devez regarder profondément pour voir et comprendre les besoins, les aspirations et la souffrance de ceux que vous aimez. C’est vrai,  j’ai encore tant à comprendre, tant à accepter, tant à reconnaître et également tant à ressentir…

Sur le chemin qui mène à sa propre renaissance chacun devient l’écrivain de sa propre histoire et pourtant à la première phrase, du premier chapitre de ce nouveau tome de ma vie, je me sens, une illettrée.

C’est pourquoi ces mots imprécis qui m’habitent, resteront dans la vaste demeure du silence bien à l’abri des interprétations et des faux-semblants, mais par le fait même à cent lieues de ceux à qui ils sont  destinés.

© Texte, tous droits réservés, Elena Martinez1185385_982899191755993_8072107910034222927_n

A propos dynamot

Consultante psychosociale et conseillère en développement socioprofessionnel mon centre d'intérêt premier est l'accompagnement de mon prochain dans le respect de son autodétermination ainsi que ma passion pour le pouvoir constructif de certains mots lorsqu'ils sont rattachés à l'action.
Cet article a été publié dans Psychosocial. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s